Accéder au contenu principal

The DAO, le premier fonds d’investissement sans Dieu ni maître, récolte 150 millions de dollars

Le blockchain sur lequel s'appuie The DAO se nomme Ethereum
Le blockchain sur lequel s'appuie The DAO se nomme Ethereum Studio France 24

"The DAO", premier fonds d’investissement sans directeur ni existence juridique, a été créé grâce à un financement participatif record. Autonome, il se résume à un algorithme qui traite avec les internautes qui l’ont financé.

PUBLICITÉ

Il est d’ores et déjà le plus important succès de l’histoire des projets de financement participatif, avec une levée de fonds de 150 millions de dollars en un peu plus de deux semaines. Et ce n’est pas fini : le projet The DAO (Decentralized Autonomous Organization, organisation décentralisée autonome) accepte des dons jusqu’au 28 mai.

Après cette date, il deviendra un Ofni (Objet financier non identifié). The DAO sera alors le premier fonds d’investissement décentralisé, autonome, totalement démocratique et transparent. "Ça ne s’est jamais fait dans l’histoire de l’humanité et de la finance”, s’enthousiasme le Français Pierre Entremont, un investisseur de la société Otium Venture qui a participé à titre personnel au financement de cette structure inédite.

Autonome “comme les personnages dans Matrix”

Son objectif n’a rien de révolutionnaire : faire de l’argent en misant sur des jeunes pousses qui pourraient devenir de futurs géants. C’est son fonctionnement qui le différencie des autres fonds d’investissement. Il n’a aucun centre de décision unique, opère sans directeur, ou conseil d’administration. Il n’aura même pas d’existence juridique !

Ce fonds se résume à un algorithme qui communique directement avec les milliers d’internautes qui l’ont financé. Il réceptionne les projets, les soumet à la foule des cofondateurs et si 51 % d’entre eux valident la demande, The DAO investit. Ce véhicule financier récupère ensuite les éventuels dividendes et les redistribue.

"Il est également autonome, c’est-à-dire qu’il vit sa vie par lui-même, un peu comme les personnages du film Matrix”, précise Pierre Entremont. The DAO est un fonds qui suit le scénario écrit dans son code - recevoir les projets, les soumettre à la communauté et, le cas échéant payer - et a besoin de l’intervention humaine seulement pour accepter de financer un projet. "On peut imaginer que la prochaine étape de l’aventure serait une structure similaire dont les décisions seraient prises par une intelligence artificielle", explique Pierre Entremont.

Un "blockchain" et des "ethers"

Cet aspect novateur explique probablement une partie du succès de la campagne de financement participatif. La popularité du projet doit aussi beaucoup au blockchain, la technologie qui permet à The DAO d’exister. Popularisé par le bitcoin, il permet le bon fonctionnement de moyens de paiement décentralisés et électroniques. Pour The DAO, la crypto-monnaie utilisée s’appelle l’ether (un ether vaut actuellement environ 13 dollars).

C’est ce système qui doit garantir la transparence et la sécurité des transactions du fonds The DAO. Le blockchain est en effet comme un livre ouvert ou un registre public, qui garde la trace de l’ensemble des opérations effectuées. Tous les utilisateurs en ont une copie sur leur ordinateur et doivent valider chaque transaction pour qu’elle soit prise en compte. Une technologie qui permet d’éviter les transactions louches et frauduleuses.

"Uberisation du métier de capital risqueur"

C’est ce concept novateur qui a séduit Pierre Entremont. Son investissement initial, dont il ne veut pas révéler le montant mais qui ne se limite pas à un ou deux ethers, lui permet d’être aux premières loges de ce qu’il estime être un "futur possible de son métier de capital risqueur". Il s’agit d’une forme "d’uberisation de la fonction, puisque la décision finale d’investir est remise entre les mains de la sagesse des foules et ne dépend plus de l’expertise de quelques professionnels", analyse-t-il.

Une promesse de démocratie financière qui a aussi ses limites. "Le risque est que sur les forums où seront discutés les dossiers soumis à The DAO, les arguments restent très superficiels et qu’au final les projets d’apparence sexy mais peu sérieux soient préférés à des dossiers plus solides mais autrement plus techniques", prévient Pierre Entremont. C’est aussi une des raisons pour lesquelles il veut faire partie du navire : il prévoit qu’au final des personnes référentes - des experts - pourront être désignées pour chaque thématique… et il espère apporter sa pierre à cet édifice.

Des ONG tentées ?

L’autre obstacle majeur est d’ordre juridique. The DAO n’existe pas au regard du droit (ce n’est ni une personne physique, ni une personne morale). Ce fonds ne peut donc pas, en théorie, investir dans des entreprises. La société allemande Slock.It, à l’origine de l’idée du projet The DAO, a prévu le coup : elle a créé l’entreprise suisse DAO.Link dont le seul but est de servir de façade juridique pour ce fonds d’un nouveau genre. Mais, reconnaît Pierre Entremont, cela ne règle pas tous les problèmes de droit : "Que se passera-t-il si pour une raison ou une autre The DAO n’est pas payé ?", se demande-t-il. Ce fonds sans existence juridique aura-t-il les moyens de poursuivre les mauvais payeurs ?

Seule l’expérience pourra permettre d’y voir plus clair dans ce flou juridique. Si The DAO s’avère être un succès, il pourrait devenir le pionnier d’un nouveau type de structure. Les "Decentralized Autonomous Organization" ne sont pas limitées au rôle de fonds d’investissement. Des ONG pourraient très bien tirer profit de ce type de fonctionnement pour assurer la transparence des dons reçus et la manière dont l’argent est ensuite dépensé.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.