Accéder au contenu principal

Attentat, pirate de l'air, crash inexpliqué : la série noire du secteur aérien égyptien

L'homme qui a détourné un avion d'EgyptAir, le 29 mars 2016, se rend aux autorités
L'homme qui a détourné un avion d'EgyptAir, le 29 mars 2016, se rend aux autorités AFP

Avec le crash de l’avion d’EgyptAir, dans la nuit de mercredi à jeudi, c'est la troisième fois en quelques mois que l'Égypte connaît des catastrophes ou incidents aériens. France 24 revient sur une série noire.

PUBLICITÉ

L’Égypte serait-elle maudite en matière de sécurité aérienne ? Après le crash du vol MS804 d'EgyptAir, confirmé jeudi 19 mai, retour sur les derniers incidents aériens qui ont entaché le ciel du pays.

>> Crash du vol MS804 d'Egyptair : suivez l'évolution de la situation en direct sur France 24

  • 29 mars 2016 : un pirate de l'air détourne un avion sans faire de blessés

Le 29 mars 2016, un pirate de l'air "psychologiquement instable" selon les autorités égyptiennes, a détourné vers Chypre un avion EgyptAir qui avait décollé d'Alexandrie et transportait 55 passagers. À l'arrivée à l'aéroport chypriote, de Larnaca, l'homme avait libéré une grande partie des passagers, puis s'était rendu sans heurts au bout de six heures de négociations.

Le pirate de l'air, de nationalité égyptienne et âgé de 58 ans, a libéré progressivement les passagers, n'en retenant finalement plus que sept, qui ont réussi à quitter l'appareil avant sa reddition. L’un d’eux a même eu le temps de prendre un selfie et de le poster sur Internet. Un cliché qui a fait le tour des réseaux sociaux.

Le quiquagénaire exigeait que son ex-épouse, une Chypriote avec laquelle il a eu plusieurs enfants, se rende à l’aéroport pour qu’il lui remette des documents. Les fouilles menées après le détournement ont montré qu’il n’y avait aucun explosif dans l’avion ni sur l’homme.

  • 31 octobre 2015 : l'attentat au-dessus du Mont Sinaï, revendiqué par l'organisation État islamique

Le 31 octobre 2015, une bombe a explosé à bord d'un Airbus A321 transportant des touristes russes peu après son décollage de la station balnéaire de Charm el-Cheikh, dans le sud-est de l'Égypte, tuant ses 224 occupants. La charge a explosé à quelque 10 000 mètres d'altitude, 23 minutes après avoir le décollage. Les débris sont tombés dans le désert du Nord-Sinaï, bastion en Égypte de l'organisation État islamique (EI).

Le groupe terroriste, qui multiplie en Égypte attentats et attaques, visant principalement les forces de sécurité, a revendiqué l'attentat quelques heures après le crash, en représailles aux frappes russes contre l’EI en Syrie. L’Égypte n’a reconnu qu’il s’agissait bien d’un attentat que quatre mois après le drame.

  • 3 janvier 2004 : 135 Français meurent dans le drame de Charm el-Cheikh

Deux minutes après avoir décollé de Charm el-Cheik en Égypte, le vol 604 de la compagnie Flash Airlines à destination de Paris s’écrasait en mer. Aucun survivant. À son bord, 148 personnes dont 135 Français. Après des années de procédures, les causes de l’accident n’ont pas été identifiées. Une défaillance technique et une erreur de pilotage ont été évoquées.

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.