Accéder au contenu principal

France : deux concerts des Eagles of Death Metal annulés après un nouveau dérapage du chanteur sur les musulmans

Jesse Hughes, le chanteur du groupe Eagles of Death Metal, lors d'un concert à Bruxelles, le 25 février 2016.
Jesse Hughes, le chanteur du groupe Eagles of Death Metal, lors d'un concert à Bruxelles, le 25 février 2016. Jonas Roosens, AFP (archives)

Deux concerts des Eagles of Death Metal prévus cet été en France ont été annulés, vendredi, après de nouvelles déclarations polémiques du chanteur du groupe, Jesse Hughes, sur l'attaque du Bataclan et les musulmans.

PUBLICITÉ

Jesse Hughes a récidivé. Le chanteur des Eagles of Death Metal, le groupe qui était sur scène le 13 novembre au Bataclan, a de nouveau tenu des propos polémiques sur les attentats et les musulmans, entraînant l'annulation de deux concerts prévus par le groupe en France cet été.

Les festivals Rock en Seine, près de Paris, et Cabaret Vert, à Charleville-Mézières, ont tous deux annoncé, vendredi 20 mai, la déprogrammation des concerts prévus fin août, exprimant leur "désaccord total" avec les déclarations du chanteur.

Amateur de propos à l'emporte-pièce, Jesse Hughes, dont les positions très à droite sont connues, a accordé la semaine dernière une longue interview au non moins extrémiste Taki's Magazine. Il y revient sur la soirée du 13 novembre, où 130 personnes ont été tuées à Paris dont 90 au Bataclan où se produisaient les Eagles of Death Metal.

"J'ai vu des musulmans faire la fête dans la rue pendant l'attaque, en temps réel !", assure le chanteur et guitariste, cofondateur de "EODM" avec son camarade Josh Homme. "Comment pouvaient-ils savoir ce qui était en train de se passer ? Il y a sûrement eu une coordination", ajoute-t-il.

Seules dates du groupe prévues en France

Jesse Hughes dit de nouveau penser que les assaillants étaient arrivés tôt au Bataclan. "Je me souviens d'eux en train de fixer mon pote. J'ai juste mis ça sur le compte de la jalousie des Arabes" à l'égard des Américains. En mars dernier, il avait déjà créé la polémique en évoquant une possible complicité au sein du personnel de sécurité de la salle de concert, avant de s'excuser.

Il assure dans l'interview également avoir vu Salah Abdeslam, seul membre encore en vie du commando jihadiste de Paris. L'enquête n'a toutefois jamais fait état de la présence sur les lieux de l'homme clé des attentats.

>> À lire sur France 24 : "Ovation et émotion à l'Olympia pour le concert des Eagles of Death Metal"

Les deux dates annulées étaient les seules prévues en France par le groupe, qui a repris en février sa tournée mondiale interrompue par l'attentat.

"On n'a pas eu d'autre choix que de prendre acte de ses propos", précise-t-on dans l'organisation de Rock en Seine, où le groupe a déjà joué en 2009 et 2012. "Après ses propos en mars, il s'était excusé fortement et de façon, de notre point de vue, extrêmement sincère. Mais il a dérapé de nouveau."

Sa déprogrammation laisse planer le doute sur la possibilité de voir le groupe revenir jouer au Bataclan à sa réouverture à l'automne, comme il en avait exprimé le souhait deux semaines après l'attentat.

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.