Accéder au contenu principal
FRANCE

STX France signe une intention de commande de trois nouveaux paquebots

Mi-mai, le chantier naval STX de Saint-Nazaire avait déjà livré le Harmony of the Seas, le plus gros navire de croisière du monde.
Mi-mai, le chantier naval STX de Saint-Nazaire avait déjà livré le Harmony of the Seas, le plus gros navire de croisière du monde. Jean-François Monier, AFP
5 mn

Le chantier naval STX France de Saint-Nazaire a signé mercredi une lettre d'intention avec l'armateur américain Royal Caribbean Cruises Ltd (RCCL) pour la construction de trois nouveaux navires. Une commande d'environ 2,5 milliards d'euros.

Publicité

C’est un nouveau succès pour le chantier naval STX France de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique). Le constructeur a signé, mercredi 25 mai, une lettre d'intention avec l'armateur américain Royal Caribbean Cruises Ltd (RCCL) pour la réalisation de trois nouveaux navires, treize jours après lui avoir livré le plus gros paquebot du monde, "Harmony of the Seas".

Ces trois navires supplémentaires, livrables en 2021 et 2022, représenteront au total, quand les financements seront bouclés, une commande d'environ "2,5 milliards d'euros" et "22 à 23 millions d'heures de travail", a annoncé Laurent Castaing, directeur général de STX France.

"C'est une nouvelle formidable. C'est pour nous la concrétisation de la confiance d'un client alors même que nous venons de lui livrer un paquebot qui n'était pas facile à réaliser", s'est-il félicité.

RCCL, qui a pris livraison le 12 mai de l'"Harmony of the seas", le plus grand navire de croisière jamais construit, avec 362 mètres de long et 66 m de large, et qui fait déjà construire son frère jumeau à Saint-Nazaire pour sa filiale Royal Caribbean International (RCI), a ainsi mis une option sur un cinquième opus de la classe "Oasis", livrable au printemps 2021.

>> À lire sur France 24 : "Le plus grand paquebot du monde en construction à Saint-Nazaire"

Le croisiériste américain est également prêt à commander deux nouvelles unités de la classe "Edge" pour sa marque Celebrity Cruises, livrables à l'automne 2021 et à l'automne 2022. Elles s'ajouteront aux deux premiers navires de grand standing, longs de 300 mètres et pouvant accueillir 2 900 passagers, actuellement en conception à Saint-Nazaire et qui doivent être livrés en 2018 et 2020.

Ces trois paquebots supplémentaires portent à neuf le nombre de commandes enregistrées depuis le début de l'année par STX France, après celles annoncées en février et en avril par l'armateur italo-suisse MSC, autre client historique des ex-Chantiers de l'Atlantique.

Avec cinq autres navires déjà inscrits au carnet de commandes, celui-ci "est très plein jusqu'à 2023 et plein jusqu'à 2026", a-t-il poursuivi, n'excluant pas de faire "sous-traiter quelques blocs ailleurs en Europe" pour faire face au plan de charge et au manque de place dans ses ateliers de Saint-Nazaire.

'Situation historique'

Ce carnet de commandes étalé sur dix ans va permettre "d'embaucher, investir, faire de la recherche et développement. On devrait sortir de cette période plus forts", a affirmé Laurent Castaing.

Le chantier naval, qui emploie 2 600 salariés et fait travailler actuellement environ 5 000 sous-traitants sur son site de Saint-Nazaire, a procédé à 500 embauches en trois ans, au rythme de 150 à 200 par an, a rappelé son directeur général, promettant de "continuer en 2016 et 2017 pratiquement sur le même rythme".

Pour Christophe Morel, représentant de la CFDT, cette "bonne nouvelle" résulte de l'accord de compétitivité signé début 2014 par une partie des syndicats, au moment où le chantier naval "était dans une situation difficile". "On s'est engagés et aujourd'hui on voit qu'on en récolte les fruits. Les commandes nous tombent les unes derrière les autres", a-t-il lancé.

"Le chantier démontre avec ce nouveau succès qu'il sait relever le défi de la compétitivité en poursuivant l'investissement et en restant à la pointe de l'innovation technologique et de l'architecture navale", a déclaré le ministre de l'Économie, Emmanuel Macron, se réjouissant dans un communiqué de cette "situation historique et exceptionnelle pour STX France".

Racheté en 2008 au Norvégien Aker Yards, STX France est détenu à 66,6 % par STX Europe (filiale du sud-coréen STX) et à 33,3 % par l'État français.

Avec AFP
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.