Accéder au contenu principal

Ligue des champions : Real - Atletico, c'est aussi Benzema - Griezmann, un duel de buteurs français

Le buteur du Real Madrid Karim Benzema (à gauche) et son homologue de l'Atletico Antoine Griezmann (à droite).
Le buteur du Real Madrid Karim Benzema (à gauche) et son homologue de l'Atletico Antoine Griezmann (à droite). AFP (montage France 24)

La finale de la Ligue des champions entre le Real Madrid et l'Atletico Madrid n'oppose pas seulement les deux plus grands clubs de la capitale espagnole. C'est aussi un duel de très grands joueurs, et, parmi eux, de deux buteurs français d'exception.

Publicité

envoyé spécial France 24 à Milan (Italie)

De Madrid à Milan, où se tiendra la finale de la Ligue des champions, samedi 28 mai entre le Real et l'Atletico, deux Français rêvent de marquer l'histoire. Deux attaquants aux destins que tout oppose, mais qui partagent au moins une chose : un indéniable talent balle au pied. Karim Benzema (Real Madrid) et Antoine Griezmann (Atletico Madrid), qui se retrouveront sur la pelouse de San Siro, face-à-face pour conclure la saison européenne, ont vécu deux saisons bien différentes.

>> À lire aussi sur France 24 : "Ligue des champions : Zidane - Simeone, un duel de géants sur le banc"

Pour le premier, écarté de l'équipe de France suite à l'affaire de la "sextape" de Mathieu Valbuena, cet exercice 2015-16 n'aura pas été de tout repos. Malgré l'ampleur de ce scandale, qui l'a finalement privé de l'Euro-2016, Benzema a toutefois prouvé qu'il avait les ressources pour réagir.

Avec le Real Madrid, l'avant-centre autrefois titulaire indiscutable chez les Bleus a trouvé un cocon. Sous le maillot blanc, et grâce au soutien infaillible de son entraîneur Zinedine Zidane, Benzema a brillé malgré le contexte : 24 buts en 27 matches de Liga, et un total de 28 réalisations en 35 matches, toutes compétitions confondues.

Zidane, que l'on sait proche de son compatriote, n'a d'ailleurs pas caché qu'il avait effectué un travail particulier avec son buteur. "Je lui ai dit qu'il y avait une fin de saison excitante, importante pour lui, et qu'il fallait qu'il se remobilise rapidement", a expliqué le technicien français en conférence de presse la semaine passée.

>> À lire aussi sur France 24 : "En images : à l'approche de Real - Atletico, Milan s'est mise à l'heure madrilène"

Des mots qui ont trouvé écho chez Benzema, auteur à 28 ans de sa meilleure saison chez les Merengue. Une année sportive qu'il rêve de parfaire, samedi soir face à l'Atletico, en décrochant son deuxième titre de champion d'Europe après 2014 et un succès face à ce même adversaire.

Griezmann, et la lumière fut

De l'autre côté du terrain, samedi soir, c'est aussi un Français qui aura la lourde tâche de faire basculer le match dans le sens de l'Atletico. Antoine Griezmann, étincelant toute la saison avec les colchoneros, a pris une dimension telle qu'il est devenu, ces derniers mois, le patron d'une équipe de France qui rêve de conquérir l'Euro-2016 grâce à lui.

Trajectoires croisées avec Benzema, donc, pour la nouvelle star des Bleus, qui récolte les fruits d'une incroyable saison avec les siens. Avec l'Atletico de Diego Simeone version 2015-16, Griezmann a atteint sa plénitude : 32 buts en 53 matches toutes compétitions confondues, un doublé en quart de finale de C1 face au Barça et le but de la qualification en demie face au Bayern. "Aujourd'hui, il est sûrement parmi les trois meilleurs joueurs du monde", s'est même avancé son entraîneur Diego Simeone, pourtant peu enclin à sombrer dans l'autosatisfaction.

Griezmann, aux portes de la gloire avec l'Atletico, n'en oublie pas pour autant d'où il vient. "Qui aurait dit que je jouerais une finale de Ligue des champions ?", s'est-il amusé récemment, devant les médias espagnols.

Et à juste titre, puisqu'il a failli être perdu pour le football, alors qu'il se voyait fermer les portes des centres de formation français il y a une dizaine d'années. Trop frêle pour le foot français, il avait été récupéré in extremis par la Real Sociedad, de l'autre côté des Pyrénées. À 25 ans, il n'a désormais plus grand chose à prouver.

Maintenant, ne lui manque qu'une chose : gagner au plus haut niveau. Il en aura la possibilité, dès samedi, en finale de la Ligue des champions. Un galop d'essai, avant de partir de nouveau au front avec les Bleus à l'Euro-2016.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.