Accéder au contenu principal

L'assaut sur Falloujah, bastion de l'EI, est lancé

Les forces irakiennes avancent sur la route de Falloujah le 28 mai.
Les forces irakiennes avancent sur la route de Falloujah le 28 mai. Ahmad Al-Rubaye

Les forces irakiennes affirment être entrées dans la ville de Falloujah, conquise par l'EI en janvier 2014. Selon le spécialiste des mouvements jihadistes à France 24, les combats se situeraient plutôt dans les faubourgs de la ville.

Publicité

L'assaut sur Falloujah a été lancé. Les forces d'élite irakiennes affirment être entrées lundi 30 mai au matin dans la ville située à seulement 50 km à l'ouest de Bagdad, pour en chasser les jihadistes de l'organisation État islamique (EI).

"Les forces du service du contre-terrorisme (CTS), la police (de la province) d'Al-Anbar et l'armée irakienne ont commencé à entrer dans Falloujah par trois directions vers 4 h", a précisé le général Abdelwahab al-Saadi, commandant de l'opération. "Il y a une résistance de la part de Daech", a-t-il également affirmé.

Pour Wassim Nasr, spécialiste des mouvements jihadistes à France 24, la réalité sur le terrain est plus nuancée. "Les combats se concentrent dans les faubourgs de la ville au nord et au sud mais il n'y a pas de combats dans la ville selon mes sources sur place", précise-t-il.

"Dire que l'armée est entrée dans la ville est un peu prématurée" (Wassim Nasr)

Nouvelle phase dans l'offensive contre Falloujah

L'offensive sur Falloujah marque une nouvelle phase dans la guerre contre l'EI. La ville était la première à tomber aux mains des jihadistes en janvier 2014 avant même la fulgurante offensive jihadiste lancée cinq mois plus tard. Celle-ci avait permis au groupe extrémiste de s'emparer de vastes régions d'Irak, dont Mossoul, la deuxième ville du pays, toujours sous son contrôle.

"Perdre une ville est toujours un revers important pour l'EI, puisque l'organisation se présente comme un État avec des prérogratives régaliennes, précise Wassim Nasr. Perdre une ville, c'est perdre des ressources économiques, et une population à administrer."

"Une opération préparée de longue date"

Au cours de l'offensive lancée il y a une semaine pour reprendre Falloujah, les forces irakiennes ont déjà repris des villages et secteurs autour du bastion jihadiste.

Seules quelques centaines de familles sont parvenues à fuir avant l'assaut sur Falloujah, où environ 50 000 civils sont pris au piège des combats. Les jihadistes sont soupçonnés de vouloir les utiliser comme bouclier humain.

Falloujah avait auparavant été une ville symbole sous l'occupation américaine. L'armée américaine avait eu énormément de mal, en 2004, à déloger les insurgés et y avait livré les combats parmi les plus durs depuis la guerre du Vietnam.

Avec AFP

 

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.