Accéder au contenu principal

Cinq nouveaux témoignages de harcèlement sexuel contre Denis Baupin

Le député de Paris Denis Baupin est accusé de harcèlement et d'agression sexuelle par au moins 13 femmes.
Le député de Paris Denis Baupin est accusé de harcèlement et d'agression sexuelle par au moins 13 femmes. Bertrand Gay, AFP

Cinq nouveaux témoignages révélés lundi par Mediapart et France Inter accusent Denis Baupin de harcèlement ou d'agression sexuelle. Au total, 13 femmes mettent en cause le député écologiste de Paris.

PUBLICITÉ

De nouveaux témoignages révélés lundi 30 mai par cinq femmes, dont deux à visage découvert, accablent le député écologiste Denis Baupin. Ces femmes disent avoir subi des gestes déplacés, certains assimilables à des harcèlements ou agressions sexuelles, de la part de l’homme politique, déjà mis en cause pour des faits similaires par des responsables écologistes début mai. Cette fois, parmi les témoignages, tous n’émanent pas d’élues ou de militantes écologistes.

Les faits présumés, dont font état France Inter et Mediapart, remontent à une période allant de 1998 à 2014. Ces témoignages s'ajoutent aux huit autres, rapportés par les mêmes médias, qui ont poussé Denis Baupin à la démission de la vice-présidence de l'Assemblée nationale le 9 mai et conduit à l'ouverture d'une enquête préliminaire le lendemain.

Au sein du ministère de l'Environnement

Parmi les nouveaux témoignages figure celui d'une collaboratrice de Dominique Voynet au ministère de l'Environnement, lorsque Denis Baupin était conseiller au cabinet, à la fin des années 1990.

"À deux reprises, entre 1997 et 1998, Denis Baupin m'a agressée physiquement", a dit Geneviève Zdrojewski, qui n'était pas militante écologiste, à France Inter et Mediapart. Selon elle, il s'est une première fois "jeté" sur elle et, la fois suivante, il l'a plaquée contre un mur en lui tenant la poitrine et a essayé de l'embrasser.

"Je n’ai rien dit à Dominique Voynet, ni au cabinet. J’ai réglé ça toute seule en gueulant", raconte Geneviève Zdrojewski à Mediapart. "Mais j’en ai beaucoup parlé à des amis. Parce que j’étais traumatisée quand même. C’est très humiliant… Cette situation était très inconfortable. C’était vraiment une violence", se souvient l’ex-collaboratrice, désormais retraitée.

Une jeune journaliste travaillant à la radio, qui a demandé à rester anonyme, raconte quant à elle avoir reçu des textos insistants de la part de Denis Baupin pendant deux jours, fin décembre 2014.

Silence chez les Verts

Une troisième femme, sous anonymat, raconte à Mediapart avoir dû s’enfuir in extremis du bureau de Denis Baupin où elle avait été convoquée pour récupérer un soi-disant fax émis à son nom. "Affolée et échevelée", "en pleurs" après que Denis Baupin eut essayé de l’"embrasser par tous les moyens", la jeune dirigeante du parti les Verts a demandé de l’aide à d’autres responsables Verts dans un couloir. Ils la raccompagneront à son hôtel sans lui poser aucune question, d’après son témoignage.

Qualifiant les premières accusations de "mensongères", le député avait alors annoncé son intention de déposer plainte pour diffamation contre France Inter et Mediapart.

Avec Reuters

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.