Accéder au contenu principal

Harcèlement sexuel : trois femmes portent plainte contre Denis Baupin

Le député Denis Baupin, accusé de harcèlement et agressions sexuels.
Le député Denis Baupin, accusé de harcèlement et agressions sexuels. Pierre Andrieu, AFP (archives)

Trois plaintes ont été déposées jeudi contre le député EELV Denis Baupin, accusé d'agression et harcèlement sexuels. Elles interviennent au lendemain d'une interview dans laquelle l'élu réfute tout harcèlement et parle de "jeux de séduction".

PUBLICITÉ

Trois victimes présumées qui avaient accusé le député écologiste Denis Baupin d'agression et harcèlement sexuels ont déposé plainte contre lui jeudi, selon une source judiciaire citée par l’AFP.

Les plaignantes - Isabelle Attard, Sandrine Rousseau et Elen Debost - ont déposé plainte à la brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP), saisie des investigations par le parquet de Paris. "Elle veut que la justice fasse son travail jusqu'au bout", a confirmé à l'AFP Frédric Toutain, attaché parlementaire d'Isabelle Attard, députée du Calvados.

Une enquête avait été ouverte par le parquet dans la foulée de la révélation du scandale par France Inter et Mediapart relayant les témoignages de huit femmes, la moitié à visage découvert, contre Denis Baupin, pour des faits remontant jusque dans les années 1990.

D'autres témoignages se sont ajoutés lundi, toujours dans ces médias : en tout, treize femmes se sont dites, à ce stade, victimes du député EELV de Paris. La question de la prescription, trois ans pour les délits, se posera dans l'enquête.

Ces plaintes interviennent au lendemain de l'interview de l'ancien vice-président de l'Assemblée nationale à L'Obs dans laquelle il s'est défendu d'être "le DSK des Verts". Il a réfuté une par une les accusations de harcèlement et agressions sexuels pour ne reconnaître que des "jeux de séduction" et des "situations de libertinage incompris".

Quatre élues écologistes, dont les trois plaignantes, avaient aussitôt regretté cette "stratégie de défense" et appelé d'éventuelles autres victimes à témoigner à leur tour.

"Harcèlement quasi quotidien"

Isabelle Attard avait évoqué "du harcèlement quasi quotidien de SMS provocateurs, salaces". "Ce n'était pas des SMS salaces, plutôt de compliment, de séduction", a réfuté Denis Baupin dans l'interview. Il a précisé avoir "retrouvé ces SMS" et les avoir confiés à son avocat "pour que la police puisse en avoir connaissance".

La députée du Calvados, qui a déjà été entendue par la police, avait expliqué qu'elle ne disposait plus du téléphone où étaient conservés les SMS mais que pour certains, elle s'en souvenait "par cœur" et s'en était ouverte à des proches.

Son attaché parlementaire, lui aussi entendu par la police, a dit à l'AFP avoir remis aux enquêteurs les SMS que l'élue lui envoyait, entre juillet 2012 et août 2013. Des SMS qui montrent selon lui qu'"elle ne savait plus comment faire comprendre à Denis Baupin qu'elle n'était pas intéressée. Ils en disent long sur son état d'esprit".

De son côté, la ministre du Logement, Emmanuelle Cosse, a laissé entendre jeudi que son conjoint pourrait être victime d'un règlement de comptes politique.

"Certains le disent, je ne l'exclus pas", a-t-elle déclaré jeudi sur Europe 1 en disant garder confiance en son époux.

Avec AFP
 

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.