Accéder au contenu principal

Le président du PSG annonce de "gros changements", l'avenir de Laurent Blanc en question

L'avenir de Laurent Blanc est en balance si on en croit les paroles du président du PSG.
L'avenir de Laurent Blanc est en balance si on en croit les paroles du président du PSG. Franck Fife / AFP (archives)

Le président Nasser Al-Khelaïfi, a affirmé, dans un entretien au Parisien/Aujourd'hui en France vendredi, envisager "de gros changements" au sein du PSG.

PUBLICITÉ

Laurent Blanc sera-t-il toujours l'entraîneur du PSG à la saison prochaine ? Rien n’est moins sûr après la dernière sortie médiatique du président Nasser Al-Khelaïfi. Il a affirmé, dans un entretien au Parisien/Aujourd'hui en France, vendredi 3 juin, envisager "de gros changements" au sein du club de la capitale.

En dépit d'un exercice réussi sur le plan national où le Paris Saint-Germain a remporté les quatre compétitions en jeu (Trophée des champions, Ligue 1, Coupe de France et Coupe de la Ligue), l’homme de confiance de l’émir du Qatar s’est dit "très déçu" après la "mauvaise saison" écoulée.

"Je crois qu'on a échoué", ajoute même Nasser Al-Khelaïfi, qui n'a "toujours pas digéré" l'élimination en quart de finale de la Ligue des champions, l’objectif prioritaire de Doha, face à Manchester City.

"On n'a pas atteint notre objectif européen, donc c'est une mauvaise saison", précise-t-il en insistant sur "la manière dont ça s'est passé". Parlant du "pire moment de [sa] carrière", Nasser Al-Khelaïfi met en cause l'attitude des joueurs et aussi leur préparation.

"Nous n'étions pas prêts mentalement", estime-t-il en rappelant que lors du tour précédent face à Chelsea, "les joueurs étaient nerveux, ils avaient faim, ils étaient prêts. Je n'ai pas retrouvé ça face à Manchester".

"De gros changements pourraient arriver"

"Deux heures avant le match retour à Manchester (perdu 1-0 après un nul 2-2 à Paris, NDLR), je savais qu'on allait perdre", révèle-t-il. "Je ne sentais pas les joueurs (...). Ils n'étaient pas prêts au combat. On a perdu avant de jouer. À qui la faute ? Cela ne doit plus se reproduire."

Dans ces conditions, le maintien de l'entraîneur Laurent Blanc, qui a pourtant été prolongé de deux ans en février (jusqu'en juin 2018), est loin d'être acquis, si l’on se fie aux paroles du président du PSG.

"Je le soutiens depuis trois ans. Maintenant il faut penser à ce que nous ferons la saison prochaine pour construire un groupe plus fort au niveau européen. (...) Dois-je changer ma façon de diriger ? Dois-je changer les gens ? Dois-je changer de système ? Dois-je changer de joueurs ? Je réfléchis et de gros changements pourraient arriver" dès cet été, affirme Nasser Al-Khelaïfi, qui parle d'un "nouveau cycle".

Cette nouvelle étape ne passera sans doute pas par le recrutement d'une superstar, comme a pu l'être Zlatan Ibrahimovic, arrivé en 2012 et qui quitte le club parisien. "Au début, on a eu besoin de joueurs pour développer notre image. Aujourd'hui, grâce à eux, le PSG est connu partout dans le monde" mais désormais, "on a besoin de joueurs qui mangent le gazon, prêts à mourir pour le club et pour ce maillot".

Avec AFP
 

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.