Accéder au contenu principal

Putsch manqué : la justice burkinabè somme la Côte d'Ivoire de poursuivre Guillaume Soro

Le président de l'Assemblée nationale ivoirienne, Guillaume Soro, est soupçonné d'être impliqué dans le putsch raté de septembre 2015 à Ouagadougou.
Le président de l'Assemblée nationale ivoirienne, Guillaume Soro, est soupçonné d'être impliqué dans le putsch raté de septembre 2015 à Ouagadougou. Sia Kambou, AFP

Le Burkina Faso renonce au mandat d'arrêt contre Guillaume Soro pour son implication présumée dans le coup d'État manqué de septembre 2015. Et s'en remet maintenant à la Côte d'Ivoire pour le poursuivre.

PUBLICITÉ

La justice du Burkina Faso a annoncé, lundi 6 juin, qu'elle renonçait à son mandat d'arrêt contre le président de l'Assemblée nationale ivoirienne Guillaume Soro pour son implication présumée dans le coup d'État manqué de septembre 2015. Mais elle a demandé à la Côte d'Ivoire de le poursuivre dans le cadre d'une autre procédure dite de "dénonciation".

"En ce qui concerne M. Guillaume Soro [...], le parquet [du tribunal militaire] a opté pour la procédure de dénonciation [et] comme nous avons dénoncé les faits [...] nous n'avons plus compétence d'émettre un mandat d'arrêt contre M. Guillaume Soro", a déclaré le commissaire du gouvernement burkinabè, le commandant Alioune Zanré, lors d'une conférence de presse.

>> À lire sur France 24 : "Côte d'Ivoire-Burkina Faso : l'impossible rapprochement ?"

Depuis des mois, les suspicions concernant une implication de Guillaume Soro dans le putsch avorté empoisonne les relations entre les diplomaties ivoirienne et burkinabè. Ouagadougou veut pousser plus loin son enquête sur l'enregistrement d'une conversation téléphonique supposée entre Djibrill Bassolé, ex-ministre des Affaires étrangères du Burkina, et l’ex-rebelle ivoirien, dans laquelle les deux interlocuteurs parlent du putsch en cours. Les deux hommes ont nié avoir eu cette conversation et ont dénoncé une "manipulation".

La justice militaire burkinabè avait émis le 8 janvier un mandat d'arrêt contre Guillaume Soro pour son implication présumée dans le coup d'État manqué contre le gouvernement de transition en septembre 2015.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.