Accéder au contenu principal
Découvertes

Le site de Stonehenge aurait d'abord été érigé au Pays de Galles, et non dans le Wiltshire

Matt Cardy/Getty
4 mn

Le monument mégalithique de Stonehenge, situé dans le comté anglais de Wiltshire et daté approximativement du Néolithique ou de l'Âge de Bronze, pourrait bien avoir été déplacé peu après sa construction.

Publicité

De toute évidence, Stonehenge est loin d’avoir livré tous ses secrets.

VOIR AUSSI : Des archéologues affirment avoir retrouvé la tombe d'Aristote dans l'ancienne ville de Stagire

Une équipe d’archéologues menée par Mike Parker Pearson, de l’University College de Londres (UCL), vient d’annoncer, lors du Hay Festival consacré à l’art et à la littérature, que le célèbre site érigé entre 2 800 et 1 100 avant Jésus Christ aurait en réalité été déplacé de son emplacement originel il y a des milliers d’années.

Les chercheurs, associés à des homologues de l’Université de Leicester, étaient déjà parvenus à comprendre comment les colossales pierres "bleues" de dolérite tachetée et de rhyolite avaient été transportées depuis les carrières des monts Preseli, situées dans l’ouest du Pays de Galles, soit à plus de 200 kilomètres de Stonehenge – en l’occurrence avec des traîneaux, des rondins de bois et des cordes.

"Mais la connexion galloise ne se fait pas seulement au niveau de la provenance des pierres. Il pourrait bien y avoir eu un mouvement plus global de l’ouest vers l’est à ce moment-là", a expliqué le professeur Parker Pearson.

"Plus grand cimetière d'Angleterre au IIIe millénaire avant J.-C."

En réalité, le monument funéraire de Stonehenge aurait été transporté d'un site gallois à Amesbury, dans le comté de Wiltshire. "Pourquoi démanteler un monument original ? Nous nous demandons si ce dernier a pu autrefois être une tombe, protégée par un cercle de pierres. Si c’était le cas, cela signifierait que [des hommes] auraient tout simplement transporté avec eux l'incarnation physique de leurs ancêtres pour l’installer ailleurs", a poursuivi le chercheur.

"Transporter l'incarnation physique de leurs ancêtres pour l’installer ailleurs"

En effet, l’équipe d’archéologues a retrouvé sur le site actuel de Stonehenge près de 500 000 fragments d’os qui pourraient appartenir à des hommes de l’ouest de la Grande-Bretagne, et plus précisément du Pays de Galles. "Plus nous en découvrons sur la société néolithique, sa culture et sa religion, plus nous prenons conscience qu’elle se concentrait autour de ses ancêtres (…) Nous n’avions pas réalisé que Stonehenge était le plus grand cimetière d'Angleterre au troisième millénaire avant J.-C."

En 2014, une erreur d’arrosage de la pelouse du site avait permis de révéler, grâce aux traces laissées par la végétation desséchée, l’emplacement de blocs aujourd’hui manquants. Un voile sur la structure initiale du monument s’était levé : Stonehenge n’était donc pas, à l’origine, un cercle tronqué, mais bien un cercle fermé !

De nouvelles fouilles seront entamées cet été afin de trouver l’emplacement originel du monument de Stonehenge.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.