Accéder au contenu principal
Dans la presse

Euro-2016 : "Refaire l'Histoire"

Capture d'écran France 24

Au menu de cette revue de presse française, l'atmosphère en France à quelques heures du coup d'envoi de l'Euro de football. La presse revient sur cette ambiance de fête et cette pression sur les Bleus. Leur défi : "refaire l'Histoire" des grands matchs du mondial-98 et faire oublier aux Français le climat délétère des conflits sociaux qui s'éternise dans l'Hexagone.

Publicité

La presse française se met, vendredi 10 juin, au diapason du coup d’envoi de l’Euro-2016 de football. Place à la fête, titre en couverture le Parisien, pour qui cet euro de football est un bol dans un pays marqué par l’actualité morose des grèves et des conflits sociaux. Même enthousiasme en couverture de La Croix, illustrée par une marée de drapeaux bleu blanc rouge. Les Français vont vibrer "au rythme des Bleus", se réjouit le journal catholique qui souligne que cette équipe est la plus populaire depuis 10 ans. Libération compare les Bleus à des "héritiers" et décrit une "génération dorée", qui porte "un poids qui excède la simple ambition sportive". Pour l’Équipe, les Bleus sont au défi de "refaire l’Histoire". Celles des grands joueurs du Mondial-98 ou de l’Euro-84.

Mais la presse française titre aussi sur les conflits sociaux qui sévissent dans le pays. Pour les Échos, "la fête est gâchée par le chantage social". Des "surenchères syndicales", qui ternissent le début de l’Euro, dénonce en couverture le Figaro. L’Opinion s’insurge pour sa part contre une "mascarade du tous ensemble", alors que le pays est divisé entre intérêts catégoriels. Un scepticisme qui s’étale aussi en couverture de L’Humanité. "Pour les Français, l’Euro sera-t-il vraiment la fête du football ?" s’interroge le quotidien d’extrême gauche. Dans son édito, Maurice Ulrich dénonce le cynisme de ceux qui instrumentalisent l’Euro pour détourner l’attention d’une Loi travail toujours rejetée par la majorité des Français. Alors pour que les parties soient plus belles, l’éditorialiste conseille à François Hollande "de sortir le carton rouge pour la loi El Khomri, et de la faire sortir du terrain".

Le mot de la fin revient au Parisien qui titre sur une parenthèse enchantée "lors du match France-Roumanie, pendant 90 minutes des millions de Français regarderont dans la même direction et leurs cœurs battront à l’unisson".

 

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.