Accéder au contenu principal

Tuerie d'Orlando : "C'était le chaos"

Une fusillade a éclaté dans la nuit de samedi à dimanche dans un night-club gay d'Orlando, en Floride.
Une fusillade a éclaté dans la nuit de samedi à dimanche dans un night-club gay d'Orlando, en Floride. Police d'Orlando via Twitter

Une fusillade a éclaté dans la nuit de samedi à dimanche dans une boîte de nuit gay d'Orlando, en Floride, faisant 49 morts et 53 blessés. Les témoins décrivent des scènes de chaos dans ce club où plus de 300 personnes faisaient la fête.

Publicité

Une fusillade a éclaté dans la nuit du samedi 11 au dimanche 12 juin dans une boîte de nuit gay d'Orlando, en Floride (sud-est des États-Unis), faisant 49 morts et 53 blessés, selon le maire de la ville, Buddy Dyer. Il s'agit de la pire fusillade dans l'histoire des États-Unis.

Le tireur était armé d'un fusil d'assaut et d'une arme de poing ainsi que d'un "engin" dont la nature n'a pas encore été établie, a ajouté le chef de la police, et il retenait des otages dans l'établissement. Il a été tué lors d'un échange de tirs avec des membres des troupes d'élite du SWAT. Un officier de police a également été blessé. L'explosion entendue par des témoins devant le night-club était une "explosion contrôlée" par la police.

L'assaillant est Omar Mateen, un citoyen américain d'origine afghane, né en 1986. L'attaque a été classée comme "incident de terrorisme domestique", a déclaré Jerry Demings, shérif d'Orange County.

 

"Des tirs non-stop"

La fusillade a eu lieu au night-club Pulse, à Orlando, fréquenté par la communauté LGBT. Sur la page Facebook du club apparaissait le message "Sortez tous et courez !". Il y avait plus de 300 personnes au Pulse.

"Vers 2 h 00 (6 h 00 GMT), quelqu'un a commencé à tirer. Les gens se sont jetés sur le sol", a raconté l'un des clients de la boîte interrogé par Sky News. "Je suppose que le tireur tirait en l'air parce qu'on voyait les verres des lampes tomber", a-t-il ajouté. "Il y a eu une courte pause dans les tirs et certains d'entre nous ont pu se lever et sortir en courant par derrière." Ce témoin dit avoir entendu "des tirs non-stop" pendant problablement moins d'une minute, mais que ça lui avait paru beaucoup plus long.

Les témoins ont décrit des scènes d'horreur, de corps qui tombent et du sang partout dans ce club, le Pulse. Trois gros trous éventraient le mur arrière de la boîte de nuit, également criblé de balles.

"C'était le chaos"

"C'était le chaos", a dit Janiel Gonzalez à l'AFP. "Les gens hurlaient 'Aidez-moi, Aidez-moi, je ne peux pas bouger.' Et les gens se faisaient écraser", poursuivait-il devant l'hôpital d'Orlando où la plupart des victimes ont été transportées.

Les autorités ont débuté le douloureux travail d'identification, avec sept noms rendus publics : des jeunes de 22 ans à 36 ans d'origine hispanique.

"Il était dans la boîte de nuit, nous sommes désespérés", a dit à l'AFP Angel Mendez, montrant sur son téléphone une photo de son frère, qu'il recherchait.

 

Les violences par armes à feu sont quasi quotidiennes aux États-Unis. Depuis le début de l'année, il y a déjà eu plus de 5 800 morts par armes à feu dans le pays et plus de 23 000 incidents impliquant des armes à feu d'après le site Gunviolencearchive.org.

Situé dans le comté d'Orange, la ville d'Orlando, qui compte environ 250 000 habitants, se trouve à l'intérieur des terres et est connue pour ses parcs d'attraction thématiques.

Avec AFP et Reuters

 

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.