Accéder au contenu principal

Gay Pride : une autre attaque évitée à Los Angeles

La police photographie des objets saisis dans la voiture d'un homme arrêté dimanche 12 juin à l'aube, qui préparait une attaque contre la Gay Pride de Santa Monica, en Californie.
La police photographie des objets saisis dans la voiture d'un homme arrêté dimanche 12 juin à l'aube, qui préparait une attaque contre la Gay Pride de Santa Monica, en Californie. Jason Redmond, AFP

Un homme lourdement armé, qui projetait de se rendre à la Gay Pride de Los Angeles, a été arrêté à l'aube dimanche. Selon la police, il n'y a pas de lien entre cette affaire et la tuerie d'Orlando, qui avait fait la veille au moins 50 morts.

Publicité

Un nouveau massacre visant la communauté homosexuelle a pu être évité, à Los Angeles, dimanche 12 juin, quelques heures après la tuerie d'Orlando. Un homme équipé d'un arsenal d'explosifs et armes à feu a été arrêté au petit matin à Santa Monica, une localité de bord de mer qui jouxte Los Angeles, alors qu'il prévoyait de "causer des dégâts" lors de la Gay Pride, où 400 000 personnes étaient attendues.

Jacqueline Seabrooks, chef de la police de Santa Monica, avait initialement indiqué sur le réseau social Twitter que le jeune homme arrêté avait déclaré pendant son interpellation vouloir "causer des dégâts" pendant la marche des Fiertés, qui s'est déroulée à Hollywood.

Des représentants de la police ont toutefois précisé ultérieurement qu'ils tentaient encore d'élucider les intentions de James Howell, âgé de 20 ans. Il aurait juste indiqué aux forces de l'ordre avoir l'intention d'assister à la marche des Fiertés, sans avoir formulé l'intention de commettre une attaque.

"C'était une déclaration erronée car Mme Seabrooks avait reçu une mauvaise information", a indiqué à l'AFP le lieutenant Saul Rodriguez, tandis que Jacqueline Seabrooks a également amendé ses déclarations sur son compte Twitter.

Le suspect était détenu sur des charges de possession d'explosifs et armes à feu et qu'une caution d'un demi-million de dollars avait été fixée pour qu'il puisse éventuellement être libéré.

>> À lire sur France 24 : Ce que l'on sait de la tuerie d'Orlando

La police a précisé qu'il n'y avait "pas de lien connu avec les événements" d'Orlando. Le maire de Los Angeles, Eric Garcetti, a souligné lors d'une conférence de presse au début de la marche, qui a débuté vers 11 h (18 h GMT), que les autorités municipales estimaient "qu'il n'y avait aucun lien" entre l'arrestation de Santa Monica et la tuerie d'Orlando.

Dans un communiqué, la police de Santa Monica a donné des détails sur l'arrestation : James Howell, un jeune homme aux cheveux auburns et yeux clairs selon une photo diffusée par la police, a été interpelé à 5 h du matin (12 h GMT).

Trois fusils d'assaut dans sa voiture

Il aurait frappé à la porte et la fenêtre d'un résident de ce quartier qui aurait appelé la police, craignant un "rodeur".

"Trois fusils d'assaut, des chargeurs de munitions à haute capacité" ainsi "qu'un seau contenant environ environ 18 litres de produits chimiques capables de former un explosif improvisé" ont été "retrouvés dans le véhicule d'Howell", immatriculé dans l'Indiana (nord des États-Unis), poursuit le communiqué de la police de Santa Monica.

La police du comté de Los Angeles avait assuré qu'elle était "pleinement préparée" à répondre à une attaque comme celle qui a eu lieu en Floride "si besoin" et que pour le week-end de la Gay Pride, le nombre d'agents des forces de l'ordre déployés "a été renforcé".

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.