Accéder au contenu principal

Arrestation de supporters russes : l'ambassadeur de France en Russie convoqué

Le Premier ministre Russe,Sergei Lavrov, l'ambasadeur de France en Russie Jean-Maurice Ripert et le Président russe Vladimir Poutine, le 16 janvier 2014 à Moscou.
Le Premier ministre Russe,Sergei Lavrov, l'ambasadeur de France en Russie Jean-Maurice Ripert et le Président russe Vladimir Poutine, le 16 janvier 2014 à Moscou. Alexander Nemenov, AFP

Le ministère russe des Affaires étrangères a convoqué l'ambassadeur de France en Russie, Jean-Maurice Ripert, après l'arrestation de supporters russes en plein Euro-2016.

PUBLICITÉ

Au lendemain de l’arrestation de supporters russes dans le cadre de l’enquête sur les échauffourées en marge du match Angleterre-Russie lors de l'Euro-2016, le ministère russe des Affaires étrangères a annoncé mercredi 15 juin avoir convoqué l'ambassadeur de France à Moscou pour se plaindre du traitement selon lui discriminatoire infligé à ses ressortissants.

"L'ambassadeur de France à Moscou, Jean-Maurice Ripert, a été convoqué au ministère russe des Affaires étrangères le 15 juin", indique le ministère dans un communiqué, en précisant lui avoir remis une note concernant "l'arrestation la veille d'un groupe de supporteurs russes qui étaient en route de Marseille à Lille" à bord d'un autobus.

La diplomatie russe a attiré notamment "l'attention du diplomate français sur le caractère discriminatoire et non-sélectif des mesures prises à l'encontre de ces citoyens russes", explique le ministère en rappelant que toutes les 43 personnes en question, y compris trois conducteurs de l'autobus, ont été placées en garde à vue pour 48 heures.

Lors de cette convocation, il a également été souligné que "l'attisement des sentiments antirusses autour de la participation de la sélection russe au Championnat d'Europe de football est susceptible d'aggraver considérablement l'atmosphère des relations franco-russes", selon la même source.

Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov avait dénoncé un peu plus tôt l'arrestation "absolument inadmissible" d'une quarantaine de supporters russes après les heurts du week-end à Marseille.

"Empêcher les fauteurs de trouble"

De son côté, le ministre français des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault a déclaré en marge d'un déplacement à Berlin que la justice française poursuivait les fauteurs de troubles "sans aucune discrimination". "Donc il ne s'agit pas de polémiquer, il s'agit de ne montrer du doigt personne, aucun pays en particulier", a-t-il dit lors d'une conférence de presse.

L'ambassade de France a répondu pour sa part dans un communiqué que "le gouvernement français restait déterminé dans son action avec l'UEFA pour empêcher les fauteurs de trouble qui voudraient gâcher la fête de l'Euro."

Mardi, 43 supporters russes ont été placés en garde à vue après un contrôle à Mandelieu-la-Napoule, à 170 km de Marseille, où ils résidaient après le match Angleterre-Russie. Ils s'apprêtaient à partir pour Lille, dans le nord du pays, où la Russie a joué et perdu son deuxième match de l'Euro contre la Slovaquie (2-1) mercredi après-midi. Onze d'entre eux ont été relâchés mercredi, tandis que les autres restaient en détention.

Avec AFP et Reuters

 

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.