Accéder au contenu principal

Donald Trump ouvert au profilage des musulmans pour lutter contre le terrorisme

Le candidat républicain à la Maison Blanche, Donald Trump, samedi 18 juin 2016, lors d'un meeting de campagne à Phoenix.
Le candidat républicain à la Maison Blanche, Donald Trump, samedi 18 juin 2016, lors d'un meeting de campagne à Phoenix. Ralph Freso, Getty Images North America, AFP

Donald Trump a estimé dimanche que les États-Unis devraient davantage recourir aux contrôles au faciès, à l'image de ce qui se fait dans d'autres pays, et durcir leur politique répressive après la tuerie d'Orlando.

PUBLICITÉ

Le candidat républicain à la présidentielle américaine, Donald Trump, a affirmé, dimanche 19 juin, que les États-Unis devraient réfléchir à des mesures de profilage des musulmans afin de lutter contre les attaques d'inspiration jihadiste.

"Je pense que le profilage est une option à laquelle il va nous falloir commencer à réfléchir en tant que pays", a déclaré à CBS le milliardaire, qui s'était félicité il y a une semaine d'avoir "eu raison sur le terrorisme islamique" juste après l'attentat sanglant commis dans une boîte gay d'Orlando.

>> À lire sur France 24 : "Tuerie d'Orlando : Obama fustige la rhétorique anti-musulmans de Trump"

"Vous savez, je déteste le concept du profilage. Mais nous devons commencer à utiliser le bon sens et à nous servir de notre cerveau", a poursuivi Donald Trump.

"Des pays y ont recours, comme Israël et d'autres, et cela marche en ce qui les concerne", a ajouté le milliardaire, en concluant : "Ce n'est pas la pire des choses à faire".

Donald Trump cite la France en exemple

Lui qui ne rate jamais une occasion de dépeindre la France comme un pays aux autorités impuissantes face à la radicalisation islamique issue des vagues migratoires, a pour une fois cité en exemple la politique française alors qu’il était interrogé sur la façon de "contrôler avec respect les mosquées".

"Eh bien, ils le font en France. D'ailleurs, dans certains cas, ils ferment des mosquées. Les gens ne veulent pas en parler, les gens n'en parlent pas, mais dans les faits ils ferment des mosquées", a martelé le candidat républicain.

Dans le cadre de l'état d'urgence décrété après les attentats du 13 novembre 2015, le ministère français de l'Intérieur a pris des arrêtés de fermeture d'un nombre très restreint de mosquées, pour motif de radicalisation. Contrairement à ce qu'affirme Donald Trump, ces fermetures ont été annoncées publiquement par le ministre Bernard Cazeneuve.

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.