Accéder au contenu principal

Turquie : l'association Reporters Sans Frontières se dit "abasourdie" par l'arrestation de son représentant

Photo d'archive. Manifestation pour la liberté de la presse à Istanbul en janvier 2016.
Photo d'archive. Manifestation pour la liberté de la presse à Istanbul en janvier 2016. Ozan Kose, AFP

Le représentant de Reporters sans frontières (RSF) en Turquie, Erol Önderoglu, ainsi que deux intellectuels turcs, ont été inculpés pour "propagande terroriste"

PUBLICITÉ

Pour avoir participé à une campagne de solidarité avec la presse pro-kurde en mai dernier, ils sont aujourd'hui poursuivi par la justice turque. Le représentant de Reporters sans frontières (RSF) en Turquie, Erol Önderoglu, ainsi que deux intellectuels turcs de renom, Ahmet Nesin et Sebnem Korur Fincanci, ont été inculpés lundi 20 juin pour "propagande terroriste" et placés en détention provisoire .

"Le procureur qui nous a entendus a réclamé que nous soyons inculpés et écroués pour propagande terroriste", en faveur du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), mouvement armé considéré comme terroriste par bon nombre de pays, a expliqué Erol Önderoglu cité par l'AFP.

Ces trois militants de la cause kurde et des libertés en général sont poursuivis pour trois articles qui traitaient de luttes d'influence entre diverses forces de sécurité turques et des opérations en cours contre les rebelles du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) dans le sud-est anatolien.

Ils avaient par ailleurs, en mai dernier, pris symboliquement à tour de rôle la direction du journal pro-kurde Özgür Gündem, dans le collimateur de la justice et des autorités turques depuis des années. Une procédure judiciaire avait ensuite été lancée à leur encontre.

"Depuis le début de cette campagne, 44 personnes y ont participé et 34 ont déjà été visées par la justice"


"Nouveau jour noir pour la liberté de la presse en Turquie"

Se disant "abasourdie" par l'arrestation de son représentant, l'association RSF a évoqué dans un communiqué "un nouveau jour noir pour la liberté de la presse en Turquie", après avoir appelé Ankara à "abandonner toutes les poursuites dans cette affaire" dans une première réaction.

L'OSCE, l'organisation pour la sécurité et la coopération en Europe, a appelé à la libération immédiate des trois militants, demandant à la Turquie d'"abandonner les poursuites pesant contre (eux) et de cesser d'avoir recours à la prison pour réduire au silence les voix discordantes".

La Turquie occupe la 151e place sur 180 dans le classement 2016 de la liberté de la presse publié par RSF.

Le sud-est de la Turquie est secoué quotidiennement par des combats entre forces de sécurité turques et rebelles depuis la reprise l'été dernier des hostilités entre Ankara et le PKK, en vue de mettre un terme à une rébellion qui a fait 40 000 morts depuis 1984.

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.