Accéder au contenu principal

Finance : qui de Paris ou Francfort profiterait du Brexit ?

La Banque d'Angleterre, au cœur de la City de Londres
La Banque d'Angleterre, au cœur de la City de Londres Carl Court, AFP

Un Brexit serait une mauvaise nouvelle pour la City, mais pourrait, par ricochet, profiter à d’autres marchés européens. Francfort lorgne la plus haute marche des places boursières européennes, mais Paris a une carte à jouer.

Publicité

Le poumon financier européen va-t-il quitter Londres en cas de Brexit ? Et si oui, quelle autre place européenne en profiterait ? Si, à l’heure actuelle, tout n’est que spéculation - d’autant plus que le camp du “remain” (rester dans l’Union européenne) semble reprendre du poil de la bête électorale à la veille du référendum - la City est inquiète.

Ainsi, lors de la dernière City Week, une conférence sur les services financiers à Londres, une majorité écrasante de 75 % des participants estimait que le rôle de Londres comme pôle financier serait affaibli en cas de Brexit, raconte “Le Monde”.

Une "révélation" qui ne surprend pas grand monde : la Grande-Bretagne serait obligée de renégocier des accords financiers avec tous les autres pays européens et devrait redéfinir son cadre réglementaire. “Il y aurait une période d’incertitude et de lourdeurs administratives : deux choses que les financiers détestent”, résume Pascal de Lima, économiste en chef du cabinet de conseil EcoCell et spécialiste du secteur bancaire.

De l’autre côté du Channel ou du Rhin ?

Les investisseurs seraient alors tentés faire fructifier leur portefeuille de l’autre côté du Channel, sur le continent. Mais s’arrêteraient-ils à Paris ou traverseraient-ils le Rhin pour aller chercher fortune boursière à Francfort ? Les places boursières françaises et allemandes sont les principales bénéficiaires potentielles d’un éventuel Brexit.

Francfort semble a priori mieux placée pour attirer en premier les investisseurs qui déserteraient la City. Principale raison : le rapprochement en cours entre la Bourse allemande et celle de Londres. Depuis mars 2016, ces deux places financières envisagent de fusionner, ce qui simplifierait les mouvements de capitaux de l’une à l’autre, rappelle “Le Monde”. Et puis, Francfort abrite aussi la Banque centrale européenne, ce qui joue en faveur de la capitale financière allemande, estime, pour sa part, Daniel Gerino, président du fonds d'investissement Carlton sélection, interrogé par L’Express.

Enfin, un argument psychologique jouerait en défaveur de Paris : “La taxe à 75 % [sur les révenus, NDLR] reste dans tous les esprits. Beaucoup à l’étranger pensent d’ailleurs qu’elle est encore appliquée. Alors croire que des opérateurs vont prendre le risque de voir leur rémunération confisquée par le fisc français ? Même pas en rêve !", affirme un responsable financier à Paris interrogé par Le Monde.

Des hommes et des dérivés

Mais la capitale française n’est pas à court d’arguments. “On a un réservoir d’ingénieurs et de spécialistes de la finance meilleurs qu’à Francfort. Paris a un capital humain plus important”, estime Pascal de Lima. Ce n’est pas un hasard si certains des opérateurs de Bourse qui ont fait la une des médias, souvent à leur corps défendant, sont français. Bruno Iskil, surnommé la “Baleine de Londres”, l’ex-trader de la Société Générale Jérôme Kerviel ou encore Bruno Latour, le PDG du très secret et très puissant hedge fund spécialisé dans le trading à haute fréquence Latour Trading ont ainsi été formés en France.

Il existe également une proximité de métiers entre la Bourse de Londres et celle de Paris. “La City est spécialisée dans les services financiers et les produits dérivés, ce qui est aussi le point fort de Paris, alors que Francfort est davantage une place pour les transactions sur les obligations et les actions”, précise Pascal de Lima. Les investisseurs portés sur les dérivés seraient alors naturellement tentés d’aller chercher fortune à Paris. Les nombreux opérateurs londoniens de Bourse, spécialisés dans ce type de produits, auraient aussi plus de facilité à s’intégrer dans le paysage professionnel de la finance parisienne.

“Paris, de par son prestige et sa position géographique stratégique en Europe, est aussi une destination de choix pour les établissements financiers tentés de délocaliser une partie de leur activité en cas de Brexit”, affirme l’économiste français. HSBC, l’une des principales banques à Londres, a déjà prévenu que si la Grande-Bretagne quittait l’Union européenne, elle choisirait de relocaliser plus de 1 000 emplois en France. La Bourse de Paris profiterait mécaniquement d’un tel mouvement.

Le face à face entre Francfort et Paris pour récupérer une partie des affaires qui se font à la City n’est pas qu’une question de prestige. Il y a aussi d’énormes retombées fiscales potentielles : en 2014, les sociétés financières ont payé 65,6 milliards de livres d’impôts.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.