Accéder au contenu principal

Solar Impulse 2 a traversé l'océan Atlantique sans une goutte de carburant

Bertrand Piccard et son comparse Andre Borschberg célèbrent la réussite de la traversée de l'Atlantique par leur avion Solar Impulse 2.
Bertrand Piccard et son comparse Andre Borschberg célèbrent la réussite de la traversée de l'Atlantique par leur avion Solar Impulse 2. Cristina Quicler, AFP

Et un nouveau record pour Solar Impulse 2 : le célèbre avion qui carbure à l'énergie solaire a traversé l'Atlantique pour se poser, jeudi, à Séville, en Espagne. Il avait décollé, trois jours et trois nuits plus tôt de New York, à 6 272 km de là.

Publicité

"L'avenir est propre et il commence maintenant !" a lancé Bertrand Piccard, le pilote de Solar Impulse 2, après avoir atteri à Séville, dans le sud de l'Espagne, le jeudi 23 juin. Le Suisse a traversé l’Atlantique en avion en ne consommant que de l’énergie solaire.

"Je ne peux pas réaliser, c'est tellement fantastique", s'est exclamé le pilote  au terme de la première traversée de l'Atlantique du Solar Impulse 2, une étape cruciale de son tour du monde avec le Soleil pour seul carburant. L'avion avait décollé lundi de New York à 2 h 30 (6 h 30 GMT), pour la 15e étape de son périple. Il s'est posé jeudi peu avant 7 h 40 (5 h 40 GMT) sur une piste de l'aéroport de Séville, au terme d'un périple de 6 272 kilomètres au-dessus de l'océan.

"C'est la première traversée de l'Atlantique par un avion solaire !", s'est félicité Bertrand Piccard, 58 ans, juste avant de descendre de l'appareil, épuisé par ce vol en solitaire de plus de trois jours à bord de l'avion qui ne peut transporter qu'un seul pilote.

Les internautes ont pu suivre toute la traversée en direct, grâce à des caméras placées dans la cabine, sur la queue et sous les ailes de l'appareil. Dans la nuit, le pilote avait d'ailleurs annoncé sur Twitter : "Ma source d'énergie va dormir. Les batteries vont m'aider à voler à travers la nuit."

"Passer par le trou d'une aiguille entre les nuages"

Pour cette traversée, il a été guidé par une équipe d'ingénieurs et des météorologistes qu'il a chaudement remerciés : "Vous m'avez fait passer par le trou d'une aiguille entre les nuages."

Solar Impulse 2 a entamé son périple le 9 mars 2015 à Abou Dhabi (Émirats arabes unis) et fait étape à Mascate (Oman), Ahmedabad et Varanasi (Inde), Mandalay (Birmanie), Chongqing et Nanjing (Chine), puis Nagoya (Japon). Il avait déjà accompli l'exploit de traverser le Pacifique pour rejoindre l'archipel d'Hawaï dans le Pacifique : 6 437 kilomètres en cinq jours et cinq nuits.

Pesant seulement 1,5 tonne mais aussi large qu'un Boeing 747, l'aéroplane vole à une vitesse moyenne de 50 km/h grâce à des batteries qui emmagasinent l'énergie solaire captée par quelque 17 000 cellules photovoltaïques installées sur ses ailes.

Sa cabine, équipée de bouteilles d'oxygène pour permettre aux pilotes de respirer, n'est pas pressurisée. Le cockpit est toutefois recouvert d'une mousse isolante pour atténuer les températures extrêmes en vol, entre +40 et -40 degrés Celsius.

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.