Accéder au contenu principal

Le Royaume-Uni dit oui au Brexit, les Bourses européennes clôturent en forte baisse

Des bulletins de vote en faveur d'une sortie du Royaume-Uni de l'UE, derrière une vitrine, le 24 juin à Berlin.
Des bulletins de vote en faveur d'une sortie du Royaume-Uni de l'UE, derrière une vitrine, le 24 juin à Berlin. John Macdougall, AFP

L'Europe se réveille en état de choc vendredi, après que le Royaume-Uni a voté à près de 52 % en faveur du Brexit. Lors d'une conférence de presse, David Cameron a annoncé sa démission d'ici octobre. Les diplomates européens s'agitent.

Publicité

• Le camp du "Leave" remporte le référendum sur le Brexit. Selon les résultats définitifs du référendum rendus publics vendredi 24 juin, les Britanniques ont voté à 51,9 % en faveur d'une sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne. La participation au scrutin a été forte, avec 72,2 %, selon le chiffre officiel.

• Le Premier ministre britannique David Cameron a annoncé qu'il démissionnerait d'ici le mois d'octobre.

• Nigel Farage, le patron europhobe du parti Ukip, a célébré sa victoire : "Nous avons récupéré notre pays", a-t-il tweeté. De Paris à Amsterdam, l'extrême droite se frotte les mains et appelle à la tenue de référendums dans tous les pays de l'UE.

• Pour les Bourses mondiales, c'est le choc. Les Bourses de Londres, Paris et Francfort ont clôturé en baisse.

• François Hollande a appelé depuis l'Élysée à un "sursaut" européen pour parer le "choix douloureux" des Britanniques. Angela Merkel a évoqué pour sa part "un coup porté à l'Europe et au processus d'unification de l'Europe". Barack Obama assure, de son côté, que les relations entre Londres et Washington perdureront.

• Donald Tusk, président du Conseil européen, a tenu à "rassurer tout le monde" et proposé une réunion informelle des 27 en marge du sommet européen, mardi prochain.

• Les chefs de la diplomatie des six pays fondateurs de l'Union européenne se réuniront samedi à Berlin pour évoquer les conséquences du référendum britannique, a annoncé le ministère allemand des Affaires étrangères.

Pour revivre ce direct sur votre mobile ou sur votre tablette,
cliquez ici.


Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.