Accéder au contenu principal

Brexit : l’UE s’impatiente face à la lenteur de Cameron à engager le "divorce"

Le président du Conseil européen, Donald Tusk, face au Premier ministre britannique, David Cameron.
Le président du Conseil européen, Donald Tusk, face au Premier ministre britannique, David Cameron. AFP

Trois jours après le vote en faveur du Brexit, le Premier ministre britannique, David Cameron, n’a toujours pas engagé le processus de sortie de l’UE. Les Européens, qui souhaitent un "divorce" rapide, s’agacent légèrement…

Publicité

Et si le divorce se passait mal ? Trois jours après le référendum en faveur de la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne (UE), David Cameron, le Premier ministre britannique, n’a toujours pas enclenché le processus de départ. Un comportement qui agace particulièrement du côté de Bruxelles.

Car pour enclencher le départ, pas besoin d'une tonne de paperasse. Selon un porte-parole du Conseil européen, il suffirait que Londres envoie une lettre formelle à l’UE – missive qu’il pourrait apporter lors du sommet européen prévu mardi. Ou mieux, précise un responsable de l’UE sous couvert d’anonymat, "il suffi[rait] qu’il le dise". Le mutisme de Cameron n’est donc pas vu d’un très bon œil par les 27. Bruxelles pourrait en effet se satisfaire d'une simple déclaration officielle "dûment notée dans les enregistrements de la réunion", a déclaré le porte-parole du Conseil.

"Ce n'était pas une grande relation amoureuse"

Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, est lui aussi sorti de ses gonds. Vendredi, il a déclaré qu'il ne ferait de cadeau au Royaume-Uni et avait exhorté le pays à lancer les démarches de sortie immédiatement. "Ce n'est pas un divorce à l'amiable, mais après tout ce n'était pas non plus une grande relation amoureuse", a-t-il asséné dans la foulée.

Pourtant, David Cameron n'a rien promis. Le Premier ministre a annoncé au lendemain du Brexit qu’il démissionnerait d’ici à trois mois et qu’il laisserait le soin à son remplaçant – normalement désigné en octobre – d’invoquer l’article 50 qui déclenchera jusqu’à deux ans de négociations sur la sortie de son pays de l’UE. D'un point de vue purement formel, David Cameron ne peut pas non plus agir seul, il a besoin de l'aval du parlement avant d'enclencher le processus de sortie.

Reste que le délai de trois mois invoqué par Cameron ne plaît pas à la France, pilier de la construction européenne. L'Hexagone a demandé samedi à Londres de passer à la vitesse supérieure. Le gouvernement français craint une contagion populiste qui pourrait s’exprimer dans d’autres États tentés de suivre l’exemple britannique. Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault a lui plaidé pour une ouverture rapide des négociations et la nomination rapide d’un nouveau Premier ministre.

Depuis l’annonce du résultat du référendum, des rassemblement anti-Brexit se sont multipliés dans la capitale britannique. Une pétition demandant l’organisation d’un nouveau référendum sur l’appartenance de la Grande-Bretagne à l’Union européenne a déjà recueilli un peu plus de 3 millions de signatures parmi les habitants du Royaume-Uni.

Avec (Reuters)

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.