Accéder au contenu principal

Euro-2016 : face à l'Irlande, les Bleus ont tremblé mais rejoignent les quarts

La France a peiné pour se défaire de l'Irlande, en 8e de finale de l'Euro-2016.
La France a peiné pour se défaire de l'Irlande, en 8e de finale de l'Euro-2016. Valéry Hache, AFP

Au terme d'une prestation pour le moins contrastée, les Français ont arraché leur qualification pour les quarts de finale de l'Euro-2016 en venant à bout de l'Irlande (2-1). Griezmann, auteur d'un doublé, a endossé le costume de sauveur des Bleus.

Publicité

envoyé spécial France 24 au Parc OL (Lyon).

Le moins que l'on puisse dire, c'est que ces Bleus-là savent mieux que quiconque se compliquer la tâche. Face à l'Irlande, en huitièmes de finale de l'Euro-2016, les hommes de Didier Deschamps ont couru derrière le score durant près d'une heure, avant de réellement appuyer sur l'accélérateur et mater de vaillants Irlandais (2-1). Une qualification en quarts de finale acquise sur un écart minime qui ne masquera pas les défaillances d'un collectif dont le mental semble être la vertu première.

Face à cette Irlande compacte, aussi présente physiquement que limitée techniquement, les Français sont passés tout proche du naufrage... Crispés par l'enjeu de ce premier match couperet, ils ont totalement manqué leur entame de match. Dès les premières minutes, sur un ballon anodin dans la surface, Long s'est écroulé dans la surface après un contact avec Pogba. L'arbitre de la rencontre, M. Rizzoli, n'a pas hésité une seconde et désigné le point de pénalty. Une offrande que s'est chargé de concrétiser Braddy en trompant Lloris d'un plat du pied parfait (2e, 0-1).

Réveil tardif

Sonnés, les Bleus ont alors été confrontés à une situation qu'ils détestent : prendre les commandes du jeu face à un bloc défensif regroupé. Et durant un quart d'heure, les tentatives se sont multipliées... Payet, sur un coup franc à l'angle de la surface, a trouvé les gants de Randolph (7e), avant que Griezmann, parfaitement servi par Pogba sur un centre venu de la gauche, n'enlève trop sa reprise de la tête (8e).

Quelques minutes plus tard, c'est le défenseur central irlandais Duffy qui s'est imposé devant Giroud de la tête, enlevant le cuir à l'attaquant d'Arsenal juste devant son but (12e).

Préposé aux coups francs depuis le début de l'Euro, Payet a eu une nouvelle munition peu après le quart d'heure de jeu, mais sa tentative, déviée par la tête de Griezmann, a bien été capté par le portier des Verts (18e).

Dans la foulée, un nouveau frisson a parcouru le Parc OL, lorsque les Irlandais sont passé tout proche du but du break. Au milieu d'une défense française totalement attentiste, Murphy a hérité du ballon et décoché une reprise que Lloris a sorti du bout des doigts (20e).

Trou d'air

Derrière, sur un nouveau coup franc, Pogba a tenté sa chance, à 30 mètres dans l'axe. La frappe du Bianconero, qui prenait la direction de la lucarne a été sortie de peu par une claquette de Randolph, une nouvelle fois impeccable (24e).

Et puis plus rien... Durant près de 20 minutes, comme paralysée par ce terrible scénario, les Français ont totalement déjoué. Et ce sont les Irlandais, une fois encore, qui ont failli marquer, mais la tête de Duffy est passée à quelques centimètres du poteau de Lloris (43e).

Il a finalement fallu attendre le temps additionnel du premier acte pour que les Bleus ne se mettent à nouveau en évidence. Mais ni Payet ni Griezmann n'ont réussi à tromper la vigilance de Randolph (45e+1).

Au retour des vestiaires, les Bleus ont enfin exercé un pressing plus haut, face à ces vaillants Irlandais. Recroquevillés, les Verts ont commencé à plier.

Sur un coup franc de Payet, Koscielny est passé tout proche de permettre aux Bleus re revenir au score, mais sa tête plongeante a flirté avec le poteau droit de Randolph (48e).

Les deux coups de "Grizou"

Peu avant l'heure de jeu, Matuidi a lui tenté sa chance d'une lourde frappe, mais une fois encore, Randolph s'est illustré d'une parade du bout des doigts (56e).

Mais le dernier rempart, excellent durant près d'une heure, a fini par craquer, à l'image des siens. En dix minutes, tout a basculé. Sur un centre tendu de Sagna venu de la droite, Griezmann a mystifié Randolph d'un superbe coup de tête au point de pénalty (57e, 1-1), avant de récidiver, du plat du pied cette fois, après une remise parfaite de Giroud de la tête (61e, 2-1).

Renversés en quatre minutes, les Irlandais allaient même boire le calice jusqu'à la lie... Sur une nouvelle percée de Griezmann, Duffy n'a eu d'autre choix que de se sacrifier pour stopper la course de l'attaquant de l'Atletico en direction du but irlandais. Un tacle par derrière qui a logiquement été sanctionné d'un carton rouge et d'un coup franc à l'entrée de la surface (66e). La messe était dite...

Jamais à l'abri

Mais, comme à leur habitude, les Bleus ont préservé le suspense de cette fin de rencontre. Gignac, entré en cours de jeu à la place de Giroud, s'y est tout particulièrement employé. L'ancien numéro 9 de l'OM a tout d'abord buté sur Randolph (77e), avant de totalement manquer un but tout fait sur un service au cordeau de Griezmann (78e).

Même tempo durant les dix dernières minutes, face à des Irlandais asphyxiés... Matuidi (81e), Griezmann (83e, 90e+1) et de nouveau Gignac (86e) ont eu le but du break au bout du pied, mais rien n'y a fait et le score n'a plus bougé.

Un écart d'un but (2-1) qui aura finalement suffi... Mais comme face à la Roumanie et l'Albanie en poule, les Bleus ont confirmé leur goût pour les "thrillers". Celui de l'efficacité, avec 24 tirs, 10 cadrés et deux buts seulement, n'est pas encore aussi prononcé. Mais dans cet Euro-2016 qui défie toute logique, même ces Bleus-là ont toutes leurs chances.

Pour revivre France - Irlande, huitième de finale de l'Euro-2016, dans les conditions du direct sur vos tablettes et smartphones, cliquez sur ce lien.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.