Accéder au contenu principal

Brexit : une majorité d'Ecossais contre un second référendum d'indépendance

Odd Andersen, AFP

Selon un sondage publié trois jours après le vote du Brexit au Royaume-Uni, une majorité relative d'Écossais, qui ont voté massivement pour rester dans l'UE, ne souhaitent toutefois pas d'un deuxième référendum sur leur indépendance.

Publicité

Même si les Écossais paraissaient déterminés à ne pas subir le choix fait par le reste des Britanniques et à rester dans l'UE après la victoire du Brexit, un sondage publié dimanche 26 juin montre qu’une majorité relative d’entre eux ne souhaite pas d'un deuxième référendum sur leur indépendance du Royaume-Uni.

D’après l’enquête menée par l'institut Survation, 44,7 % des sondés pensent que l'Écosse ne devrait pas organiser de second référendum sur l'indépendance, contre 41,9 % d'opinions favorables. Cependant, l'enquête montre aussi que si un référendum était organisé immédiatement, une majorité se prononcerait pour l'indépendance, à 47 % contre 41,2 %.

"Le Royaume-Uni pour lequel l'Écosse a voté pour rester en 2014 n'existe plus"

À la suite de la décision prise jeudi par une majorité de Britanniques, mais par seulement 38 % des électeurs écossais, Nicola Sturgeon, la Première ministre écossaise, a pourtant estimé qu'un nouveau scrutin était "hautement probable". Pour la dirigeante issue du Parti national écossais (SNP), le résultat du référendum a en effet changé la donne pour l'Écosse et il est légitime que la question de son accession à l'indépendance soit posée de nouveau.

"Le contexte et les circonstances ont changé du tout au tout. Le Royaume-Uni au sein duquel l'Écosse a choisi de rester en 2014 n'existe plus", a-t-elle déclaré dimanche.

Selon un autre sondage réalisé pour le Sunday Times, 52 % des Ecossais veulent que leur pays se sépare du reste du Royaume-Uni, et que l'Ecosse reste membre de l'Union européenne. Un autre, réalisé vendredi auprès de 1 600 personnes par ScotPulse, arrive même à 59 % d'indépendantistes.

Lors de la précédente consultation, en septembre 2014, 55 % des électeurs écossais avaient rejeté l'indépendance de leur nation. Une autre option pour l'Écosse serait de quitter l'UE en même temps que le reste du Royaume-Uni, puis de refaire acte de candidature, et entretemps d'adhérer à l'Espace économique européen. Avec un peu plus de 5 millions d'habitants, et un produit intérieur brut (PIB) de plus de 200 milliards d'euros, une Écosse indépendante trouverait tout à fait sa place dans une UE qui abrite d'autres pays autrement plus petits, les pays baltes par exemple. 

Avec AFP et Reuters

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.