Accéder au contenu principal

Un poisson aveugle et asocial pourrait aider à guérir les maladies mentales des humains

Un poisson cavernicole au Mexique.
Un poisson cavernicole au Mexique. NIH Image Gallery, Flickr

Des biologistes ont montré que le comportement asocial de poissons aveugles vivant seuls dans des grottes pourrait permettre de mieux comprendre certaines maladies psychiatriques humaines comme la schizophrénie ou l’autisme.

PUBLICITÉ

Ils sont pâles, aveugles, hyperactifs et terriblement solitaires. Les tétras mexicains qui croupissent au fond des grottes d’eau douce ont dû apprendre à vivre dans l'obscurité totale. Seuls dans le noir, ces poissons anxieux ont développé un comportement asocial, proche de celui de certains humains souffrant de troubles mentaux comme l’autisme ou la schizophrénie.   

VOIR AUSSI : Maladies héréditaires: ces treize gagnants au loto génétique

Masato Yoshizawa, chercheur à l’université d’Hawaï, est persuadé que l’étude comportementale de ces marginaux pourrait permettre de mieux comprendre les origines génétiques de certains troubles psychiques humains. Il a présenté les résultats de son étude à la Conférence internationale sur la biologie souterraine (ICSB), qui a eu lieu la semaine dernière en Arkansas (États-Unis).   

Les poissons aveugles, accros au prozac ?

En administrant des drogues similaires à celles utilisées dans le traitement de la schizophrénie et de l’autisme, le biologiste a découvert que les poissons aveugles réagissaient au traitement de la même manière que les humains, à la différence d'autres espèces semblables vivant en surface.

Le tétra aveugle, qui ne dort pratiquement jamais, trouve ainsi le sommeil et fait moins de mouvements brusques après avoir ingéré de la fluoxétine (Prosac), un antidépresseur, et de la clozapine, un antipsychotique utilisé dans le traitement de la schizophrénie.

"De manière globale, les réactions de ces poissons cavernicoles aux drogues sont très similaires à celles observées chez des patients humains", a expliqué Masato Yoshizawa lors de la conférence ICSB, comme le rapporte le magazine Science. "Il est vraisemblable que ces poissons aveugles soient de bons cobayes pour étudier les maladies psychiatriques humaines", a-t-il ajouté.

Au total, près de 90 % des facteurs génétiques responsables de maladies psychiatriques humaines seraient présents dans le génome du poisson cavernicole.

Ces similitudes pourront permettre aux chercheurs d’étoffer la longue liste des gènes impliqués dans les troubles psychiques humains et de mieux comprendre comment ces gènes interagissent entre eux et avec leur environnement.

Le poisson aveugle a beau avoir longtemps été la mascotte des créationnistes – qui voyait en lui une preuve de l'échec de la théorie de l'évolution –, il sert maintenant de cobbaye aux scientifiques dans de nombreux domaines. Il y a quelque temps, cette espèce rare avait déjà été utilisée dans l’étude de la dégénérescence de la rétine et du diabète. 

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.