Accéder au contenu principal

Aux États-Unis, l’argent des ventes de "Mein Kampf" sera reversé aux victimes de l’Holocauste

Publié en 1933, le manifeste antisémite est maintenant entré dans le domaine public dans toute l'Union européenne.
Publié en 1933, le manifeste antisémite est maintenant entré dans le domaine public dans toute l'Union européenne. Adam Jones/Wikimedia Commons

Après un changement de cap très mal perçu, la maison d’édition américaine Houghton Mifflin Harcourt a annoncé que les bénéfices liés à la vente du manifeste "Mein Kampf" d’Adolf Hitler seraient versés à des associations de victimes de l’Holocauste.

PUBLICITÉ

Que faire de "l’argent du sang" ? Les revenus générés par la vente de "Mein Kampf", le manifeste haineux et antisémite d’Adolf Hitler, posent problème aux États-Unis.

En 1933, la maison d’édition Houghton Mifflin Harcourt, basée à Boston, achète les droits de l’ouvrage que le futur dictateur allemand a écrit pendant son séjour en prison.

Depuis 16 ans, l’entreprise reverse les bénéfices de la vente du livre – à peu près 60 000 dollars par an – à des associations prônant la tolérance, comme le musée de la tolérance de Los Angeles ou la Ligue anti-diffamation (Anti Defamation League). Les bénéficiaires consacraient jusque-là cet argent à des projets liés à l'Holocauste, à la mémoire de la Seconde Guerre mondiale et à l'éducation des enfants sur le sujet.

Au printemps, l’éditeur a discrètement décidé de réorienter sa stratégie, et d’allouer aussi ces bénéfices à des associations et organisations culturelles de Boston, pas forcément liées à la mémoire de l'Holocauste.

Tollé autour du manifeste

C'est le Boston Globe qui repère le changement progressif et le signale. La communauté juive américaine dénonce immédiatement la manœuvre. "L'information et l'éducation vis-à-vis de l'Holocauste devraient être la priorité dans l'utilisation de cet argent", réagit Robert Trestan, un des responsables de la Ligue anti-diffamation.

Robert Burton, le directeur exécutif du Jewish Community Relations Council de Boston, qualifie dans The Times of Israel ce changement de cap de décision "problématique" et "douloureuse". "Les bénéfices de la vente de "Mein Kampf" devraient continuer à être utilisés exclusivement pour les institutions qui favorisent l’éducation et la sensibilisation sur l’Holocauste, y compris les leçons universelles à tirer de l’Holocauste", ajoute-t-il.

En réaction, Houghton Mifflin Harcourt a donc annoncé que les bénéfices des ventes de "Mein Kampf" seraient désormais reversés à des associations de victimes de l'Holocauste. Avec l'aide d'une association de philanthropes juifs de Boston, l'éditeur a sélectionné le Jewish Family & Children’s Service, une association qui prend soin des personnes âgées survivantes de l'Holocauste.

Un retour à la normal amélioré donc, et salué par la communauté juive. Mais pour certains, il est de très "mauvais goût" que l'Holocauste et la communauté juive bénéficient de cet argent, issu des ventes du livre qui est à l'origine même du nazisme.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.