Accéder au contenu principal

Hollande et la famille royale britannique commémorent la bataille de la Somme

Tombes des soldats britanniques au cimetière de la Bataille de la Somme, à Thiepval, dans le Nord de la France.
Tombes des soldats britanniques au cimetière de la Bataille de la Somme, à Thiepval, dans le Nord de la France. François Nascimbeni, AFP

Six commémorations sont prévues vendredi pour célébrer le centenaire de la bataille de la Somme, la plus meurtrière de la Grande Guerre, en présence de la famille royale britannique, de François Hollande et de David Cameron.

PUBLICITÉ

Près de 12 000 personnes sont attendues à Thiepval, en région Nord-Pas-de-Calais-Picardie en France, ce vendredi 1er juillet, pour les commémorations du centenaire de la bataille de la Somme. La famille royale britannique avec le prince William et son épouse Kate Middleton, les princes Harry et Charles ainsi que Camilla Parker Bowles, le président français et David Cameron doivent y lire des textes d'anciens soldats.

Retrouvez la cérémonie en direct sur France 24.com

Aucun discours ou allocution n'est cependant prévu, mais François Hollande, dans une allusion au Brexit, a déclaré jeudi : "Je veux aussi rappeler que c'est l'idée européenne qui a permis de surmonter les divisions et les rivalités entre États, et qui nous a apporté la paix depuis soixante-dix ans".


Le mémorial de Thiepval, point d’orgue de la cérémonie

Les cérémonies débutaient dès 7h28 au "Trou de la Mine" (Lochnagar Crater) à Ovillers-la-Boisselle, en présence du secrétaire d'État aux Anciens combattants Jean-Marc Todeschini: trente tonnes d'explosifs y ont éclaté le 1er juillet 1916 pour tenter de dynamiter une dernière fois les défenses allemandes, marquant le début de l'offensive de la Somme. Cette explosion a laissé un cratère de près de 91 mètres de diamètre, encore visible aujourd'hui.

>> À voir sur France France 24 : "En images : les familles de France 24 dans la bataille de la Somme"

Après une célébration écossaise au cairn de Contalmaison, le mémorial de Thiepval accueillera le point d'orgue des cérémonies à midi. C'est à côté de cette petite commune picarde d'une centaine d'habitants que se dresse l'imposant mémorial de 45 m de haut érigé en 1932 où sont inscrits les noms des 72 000 soldats du Royaume-Uni et d'Afrique du Sud, morts dans la Somme. Jeudi soir, la famille royale britannique y a participé à une veillée militaire.

À 14h30, une célébration se tiendra à la Tour d'Ulster construite en 1921, qui rendra hommage plus spécifiquement aux soldats tués lors de la journée meurtrière du 1er juillet 1916 (20 000 morts ou disparus, 40 000 blessés).

{{ scope.counterText }}
{{ scope.legend }}© {{ scope.credits }}
{{ scope.counterText }}

{{ scope.legend }}

© {{ scope.credits }}

Champs de bataille illuminés

Les hommages se déplaceront ensuite vers le mémorial terre-neuvien de Beaumont-Hamel : organisée par le gouvernement du Canada, cette cérémonie sera dédiée aux soldats terre-neuviens du 1er bataillon du Newfoundland Regiment, qui a perdu 86 % de ses effectifs le matin du 1er juillet 1916. Une allocution du prince de Galles est cette fois attendue. La journée s'achèvera avec une célébration au cimetière militaire allemand de Fricourt qui abrite les sépultures de 17 027 soldats allemands.

La petite ville d'Albert s'apprête, elle, à être au cœur des "trois jours pour la paix". Quatre projecteurs au sommet de la basilique éclaireront symboliquement les champs de bataille aux alentours sur une portée de 20 km. Un "grand défilé patriotique" doit avoir lieu vers 19 heures, tandis que la cantatrice Barbara Hendricks donnera en soirée un récital du souvenir, avant une "illumination du souvenir", avec une distribution de lumières "pour un moment de communion" avec les victimes de la guerre.

Quatre millions d'hommes ont été successivement impliqués dans la bataille de la Somme, venus du monde entier (Canada, Nouvelle-Zélande, Australie, Afrique du Sud, Inde...). Les pertes totales de la bataille sont estimées à 1 200 000 hommes (tués, blessés, disparus), dont 500 000 dans le camp britannique, autant dans le camp allemand et 200 000 Français, "ce qui en fait l'affrontement le plus meurtrier de la Grande Guerre", selon la Mission Centenaire

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.