Accéder au contenu principal

Libye : les forces de l'organisation État islamique perdent du terrain à Syrte

Un membre des forces pro-gouvernementales, le 25 juin 2016, dans les combats pour reprendre Syrte.
Un membre des forces pro-gouvernementales, le 25 juin 2016, dans les combats pour reprendre Syrte. Mahmud Turkia, AFP

Les combats se poursuivent entre le groupe État islamique (EI) et les forces du gouvernement libyen d'union nationale (GNA) à Syrte. Les forces pro-gouvernementales ont repris vendredi un important quartier du centre-ville.

PUBLICITÉ

Les forces du gouvernement libyen d'union nationale (GNA) ont annoncé vendredi 1er juillet avoir pris un quartier important du centre de Syrte, fief du groupe jihadiste État islamique (EI) dans le centre-nord de la Libye, qu'elles tentent de reconquérir.

"Nos forces ont pris le contrôle total du quartier dit "des 700" et avancent vers l'hôpital Ibn Sina et le périmètre [du centre de conférence] Ouagadougou", où les jihadistes ont installé leur centre de commandement, a indiqué le centre de presse des forces loyales au GNA sur les réseaux sociaux.

Envoyé spécial en Libye pour France 24, Jonathan Walsh explique qu’il s’agit d’une victoire cruciale : "L'étau se resserre un peu plus chaque jour, et les jihadistes n'ont aucune échappatoire. Encerclés, beaucoup se sont retranchés dans un immense palais des congrès, hérité de l'ère Kadhafi", expliquet-t-il.

"Le quartier résidentiel 700 a été libéré et à 18 h (heure locale), le Centre Ouagadougou et l'hôpital sont encerclés", a également précisé à Reuters Mohamed Gnaidy, chef du renseignement des forces de Misrata. Des photos diffusées par le centre de presse montrent des membres des forces loyales avancer à pied, rue par rue, dans le quartier résidentiel jusque-là contrôlé par l'EI.

À la faveur d'une offensive lancée le 12 mai pour reprendre Syrte à l'EI, les forces du GNA sont entrées le 9 juin dans la cité et assiègent depuis les jihadistes. Les pro-GNA ont toutefois été ralentis par la forte résistance des jihadistes qui mènent des contre-attaques, notamment des attentats suicide à la voiture piégée.

L'EI avait profité du chaos dans lequel était plongée la Libye depuis la chute de l'ex-dictateur Mouammar Khadafi pour s'emparer de Syrte en juin 2015.

Avec Reuters et AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.