Accéder au contenu principal

Euro-2016 : brillants face à l'Islande, les Bleus rejoignent le dernier carré

Victorieuse de l'Islande, la France s'est offert le droit de défier l'Allemagne en demi-finale de l'Euro-2016.
Victorieuse de l'Islande, la France s'est offert le droit de défier l'Allemagne en demi-finale de l'Euro-2016. Miguel Medina, AFP

Au terme d'un festival offensif, l'équipe de France de football est venue à bout de l'Islande, en quart de finale de l'Euro-2016 (5-2). Les Bleus, qui ont réalisé une prestation de haute volée, affronteront l'Allemagne en demi-finale.

Publicité

envoyé spécial France 24 au Stade de France (Paris).

Et dire que depuis une semaine, la France tremblait devant cette séduisante Islande, mélange d'abnégation, de courage et de talent... Les "vikings", qui avaient humilié toute l'Angleterre en huitièmes de finale de l'Euro-2016 n'ont cette fois même pas eu le temps de débarquer sur la pelouse du Stade de France.

Face aux Bleus de Didier Deschamps, les Islandais n'ont fait illusion qu'une dizaine de minutes, en faisant trembler le Stade de France sur deux incursions signées Sigurdsson (5e) puis Gudmundsson (7e). Et puis, derrière, ils ont explosé et quitté la compétition avec une valise sous le bras (5-2).

Emportés par la vague bleue, l'Islande a donc coulé. Peu avant le quart d'heure de jeu, Giroud s'est tout d'abord chargé de soulager les 80 000 supporters de l'enceinte dionysienne. Sur une longue passe en profondeur de Matuidi, le "Gunner" d'Arsenal a remporté, tout en sang froid, son duel avec Halldorsson (1-0, 12e).

Moins de dix minutes plus tard, les Bleus ont frappé à nouveau. Sur un corner tiré dans la boite par Griezmann, Pogba s'est élevé au dessus de la défense islandaise, et a catapulté le cuir dans les filets du portier islandais (2-0, 20e).

Plié à la pause

Puis, durant un quart d'heure, les Bleus ont géré, sans forcer face à des Islandais regroupés derrière malgré leur retard au score. Un quart d'heure digne d'une parodie de football, avec des Français jouant à la passe à dix devant des Islandais ayant oublié toute notion de pressing. Et sans surprise, les insulaires ont fini par payer cette apathie.

Sur un centre au deuxième poteau de Sissoko, toujours aussi précieux sur le côté gauche, Giroud a parfaitement remis de la tête pour Griezmann. Le numéro 7 des Bleus a transmis dans la foulée pour Payet, qui a parfaitement ajusté Halldorsson d'une frappe croisée (3-0, 43e).

Et pour conclure le récital de cette première période, Griezmann y est lui aussi allé de son œuvre. Sur une très longue relance de Pogba, l'attaquant de l'Atletico Madrid s'est retrouvé seul face au but islandais, et s'est offert le luxe de lober le portier adverse d'un superbe piqué (4-0, 45e).

Décompression

Au retour des vestiaires, les Français n'ont eu qu'à gérer l'énorme avantage acquis à la pause. Les hommes de Didier Deschamps se sont tout de même faits surprendre sur un beau centre de Sigurdsson, que Sigthorsson a repris victorieusement, devançant toute la défense française au premier poteau (4-1, 56e).

Mais le mince espoir des supporters islandais n'a duré que trois minutes. Sur un coup franc anodin aux 45 mètres, plein axe, Payet a trouvé la tête de Giroud au point de pénalty. Une merveille d'ouverture conclue de la tête par le numéro 9 des Bleus, auteur d'un doublé (5-1, 59e) et sorti dans la foulée par Didier Deschamps sous l'ovation du public du Stade de France.

Pragmatique, le sélectionneur français a même profité du festival pour sortir Koscielny en défense centrale, afin d'éviter qu'il ne prenne un avertissement et ne manque, du coup, la demi-finale contre l'Allemagne.

Première depuis 2000

Les Islandais, bien qu'hors du coup depuis un moment, ont tout de même trouvé les ressources pour se procurer une nouvelle grosse occasion. Sur un corner de Gudmunsson, Ingasson a repris à bout portant de la tête. Lloris, sur la trajectoire, a miraculeusement repoussé le ballon au dessus de sa barre transversale (63e).

Un coup de semonce qui n'a toutefois pas remobilisé des Bleus quelque peu déconcentrés par cette facile victoire. Et les coéquipiers d'Hugo Lloris l'ont payé cash, une nouvelle fois dans les airs. Sur un bon centre de Skulason, Bjarnason a surgi et donné un peu plus d'ampleur à ce score déjà fleuve (5-2, 83e).

Anecdotique ou presque, puisque le sort de ce quart était joué depuis longtemps. Seize ans déjà que les Bleus n'avaient plus atteint les demi-finales d'un championnat d'Europe. Il faut remonter à 2000 pour trouver trace de la France dans le dernier carré de l'Euro. Et à l'époque, Zidane et les siens avaient soulevé le trophée. Payet et ses coéquipiers, eux, ont encore quelques marches à franchir pour rêver au sacre. La première, face à l'Allemagne le 7 juillet prochain, sera sans nul doute beaucoup plus haute que leur adversité du jour.

Pour revivre France - Islande, quart de finale de l'Euro-2016 dans les conditions du direct sur vos mobiles et tablettes, cliquez sur ce lien.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.