Accéder au contenu principal

Royaume-Uni : le pro-Brexit Nigel Farage, leader du parti Ukip, annonce sa démission

Nigel Farage, brandissant son passeport, lors d'un discours anti-européen, le 22 juin 2016, à Londres.
Nigel Farage, brandissant son passeport, lors d'un discours anti-européen, le 22 juin 2016, à Londres. Niklas Halle'n, AFP

Le pro-Brexit Nigel Farage a annoncé lundi qu'il démissionnait de la tête du parti europhobe et anti-immigration Ukip, jugeant "avoir fait sa part" après le succès des partisans de la sortie du Royaume-Uni de l'UE au référendum du 23 juin.

PUBLICITÉ

Surprise au sein du parti europhobe et anti-immigration Ukip : le pro-Brexit Nigel Farage a annoncé lundi 4 juillet qu'il démissionnait de la tête du parti maintenant qu'il avait atteint son objectif : la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne. "Mon objectif de sortir de l'UE est atteint [...] j'ai accompli ma mission", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse, ajoutant qu'il quittait donc la tête de l'Ukip.

"Pendant la campagne du référendum, j'ai déclaré que je voulais récupérer mon pays. Maintenant, je dis que je veux récupérer ma vie", a ajouté cet europhobe de toujours qui a mené une campagne acharnée et controversée pour quitter l'UE. Une affiche de campagne montrant une colonne de réfugiés et barrée du commentaire "Point de rupture" avait notamment choqué, jusque dans les rangs des pro-Brexit.

Un retrait définitif ?

"On est toutefois en droit de se demander si ce retrait est bien définitif, estime Caroline de Camaret, journaliste de France 24 spécialiste des questions européennes. En 2009, il avait déjà démissionné de la tête de l’Ukip, qu’il avait cofondé en 1993, au motif que le système de majorité l’empêchait d’entrer au Parlement à Westminster. De fait, il n’est que député européen – depuis 1999. Et il ne semble pas vouloir renoncer à ce siège ni à ses émoluments."

"Le Brexit remodèle profondément la classe politique britannique"

Si la vidéo ci-dessus n'apparaît pas, cliquez ici

Dans un communiqué, Nigel Farage a estimé que son parti pouvait encore "connaître des jours meilleurs" au cours des tumultueux mois qui s'annoncent pour le pays, alors que le nouveau Premier ministre sera désigné le 9 septembre. "Je vais continuer à soutenir le parti, à soutenir son nouveau leader, je vais observer de très près le processus de négociation à Bruxelles et intervenir de temps en temps au Parlement européen", a-t-il affirmé.

Son successeur sera connu bientôt

Le nouveau leader de l'Ukip devrait être connu avant le congrès du parti en septembre. Parmi les personnalités pressenties pour reprendre le flambeau figure Douglas Carswell, le seul député Ukip à Westminster. Ce dernier s’était désolidarisé des positions très polémiques adoptées par Nigel Farage. "Il avait vivement critiqué la campagne xénophobe de Farage et lui en veut beaucoup", selon Caroline de Camaret.

Le départ de Nigel Farage constitue l’énième coup de théâtre qui agite la vie politique au Royaume-Uni depuis le référendum. "Le Brexit remodèle profondément la classe politique britannique, observe Caroline de Camaret. On a vu que ceux qui étaient pour le maintien mais avaient mené une campagne assez tiède, comme le chef des travaillistes Jérémy Corbin, y ont laissé des plumes. Et même chez les vainqueurs, il y a des problèmes."

Nigel Farage souhaite que le futur Premier ministre soit issu des rangs pro-Brexit. Les deux favoris pour la succession de David Cameron sont, jusqu'ici, la ministre de l'Intérieur, Theresa May, et l'un des leaders de la campagne pro-Brexit, Michael Gove, ministre de la Justice. "Tous deux ont mené campagne pour le Brexit mais "ils ont l’air de tergiverser sur la question de l’activation rapide de la clause de divorce, le fameux article 50 du traité. Rien n’est tout à fait clair dans cette classe politique britannique", conclut Caroline de Camaret.

 Avec AFP et Reuters

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.