Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Elections locales en Côte d'Ivoire : bras de fer entre le PDCI et le RHDP

En savoir plus

LE DÉBAT

Inondations en France : plusieurs morts dans l'Aude

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Le vélo de retour à Cuba et les entrepreneurs burundais en province qui innovent

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Mo'Kalamity, ambassadrice capverdienne d'un reggae conquérant

En savoir plus

FOCUS

En Californie, une croisade anti-avortement après une décision de la Cour suprème

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Adlène Méddi : "1994, une année de basculement en Algérie"

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Égypte : nouveau procès pour Ahmed Douma, icône de la révolution

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

L'enjeu sécuritaire des législatives en Afghanistan

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Luis Aguiriano : "Je ne pense pas que Manuel Valls sera maire de Barcelone"

En savoir plus

FRANCE

Attentats du 13 novembre : la Belgique remet deux proches de Salah Abdeslam à la France

© Mathieu Alexandre, AFP | Transfèrement à Paris d'un proche de Salah Abdeslam, le 20 mai 2016.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 06/07/2016

Deux proches de Salah Abdeslam que détenaient les autorités belges ont été remis mercredi à la France. Mohamed Amri et Ali Oulkadi sont accusés d'avoir aidé le suspect-clé des attentats du 13 novembre dans sa cavale.

Deux hommes accusés d'avoir aidé Salah Abdeslam dans sa cavale ont été remis, mercredi 6 juillet, aux autorités françaises, a indiqué le parquet fédéral belge. Mohamed Amri et Ali Oulkadi ont été livrés à la justice française en exécution du mandat d'arrêt européen délivré à leur encontre par les juges d'instruction parisiens en charge de l'enquête sur les attentats du 13 novembre, dont Salah Abdeslam est le seul suspect-clé encore vivant.

La justice belge avait donné en juin son feu vert à leur transfèrement vers la France. Mohammed Amri, 27 ans, est soupçonné d'avoir ramené en voiture Salah Abdeslam à Bruxelles quelques heures après les attentats, en compagnie de Hamza Attou, qui a lui été transféré la semaine dernière en France.

Mohamed Amri avait été a été interpellé dès le 14 novembre dans la commune bruxelloise de Molenbeek, d'où sont originaires plusieurs des personnes impliquées dans les attentats de Paris. Quant à Ali Oulkadi, 31 ans, un Français de Molenbeek, il avait véhiculé Salah Abdeslam dans Bruxelles le lendemain des attaques, selon son avocat.

>> À lire sur France 24 : "Regroupement des détenus islamistes : une réponse 'insatisfaisante' à la radicalisation"

Le 9 juin, la justice belge avait également donné son feu vert au transfèrement vers la France d'un autre suspect-clé des attentats de Paris, Mohamed Abrini, lui aussi visé par un mandat d'arrêt européen émis par les juges d'instruction français. Toutefois, ce dernier ne sera pas livré à la France "dans l'immédiat", étant également inculpé en Belgique pour sa participation aux attentats qui ont fait 32 morts le 22 mars à l'aéroport et dans le métro de Bruxelles.

Mercredi, la cour de cassation belge a rendu un arrêt qui pourrait provoquer de nouveaux délais dans l'exécution du transfert de Mohamed Abrini. Elle a invalidé une partie de la décision, qui doit être réexaminée par la cour d'appel de Bruxelles, portant sur le lieu où il devra purger sa peine. La cour de cassation a cependant validé la mise en œuvre du mandat d'arrêt et donc le feu vert donné par les juges à son transfert en France.

Avec AFP
 

Première publication : 06/07/2016

  • FRANCE

    Attentats du 13 novembre : Salah Abdeslam "n’a pas souhaité s’exprimer" devant les juges

    En savoir plus

  • ATTENTATS DU 13 NOVEMBRE

    Attentats du 13 novembre : un des complices d'Abdeslam transféré en France et mis en examen

    En savoir plus

  • FRANCE

    Des rescapés et proches des victimes de l'attaque du Bataclan reçus par des juges

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)