Accéder au contenu principal

Royaume-Uni : la maternité devient une arme dans la bataille Leadsom-May

Les adhérents du Parti conservateur devront choisir, le 9 septembre 2016, qui de Theresa May ou Andrea Leadsom succédera à David Cameron.
Les adhérents du Parti conservateur devront choisir, le 9 septembre 2016, qui de Theresa May ou Andrea Leadsom succédera à David Cameron. Ben Stansall Leon Neal, AFP

Andrea Leadsom a créé une polémique, samedi, en suggérant que Theresa May était moins bien placée qu'elle pour succéder à David Cameron à la tête du Parti conservateur et au 10 Downing Street parce qu'elle n'est pas mère.

PUBLICITÉ

Alors qu’un vent féminin souffle sur le paysage politique du Royaume-Uni, qui aura bientôt une femme à sa tête, la plupart des observateurs ne s’attendaient pas à ce que la maternité de l’une des deux candidates au poste de chef du Parti conservateur soit utilisée à des fins politiques. C’est pourtant ce qu’a fait Andrea Leadsom, dans une interview au Times, publiée samedi 9 juillet 2016, en mettant en avant le fait qu’elle était mère de famille, contrairement à Theresa May.

"Je pense qu’être mère signifie que vous êtes davantage concernée par l’avenir du pays, il y a pour vous un réel enjeu. Elle [Theresa May] a peut-être des nièces, des neveux, plein de famille. Mais j’ai des enfants qui auront des enfants qui seront directement impactés par ce qui va se passer dans l’avenir", a affirmé l’actuelle secrétaire d’État à l’Énergie.

>> À lire sur France 24 : "Deux femmes pour briguer la succession de David Cameron au Royaume-Uni"

En guise de réaction, la ministre de l'Intérieur Theresa May s’est contentée d’un tweet soulignant qu’elle avait promis la veille de mener une campagne sans coups bas et invitant Andrea Leadsom à en faire autant.

Ses soutiens au sein du Parti conservateur n'ont en revanche pas retenu leurs critiques. "Je n’ai pas d’enfant. J’ai des neveux et des nièces. Je crois pourtant – comme tout le monde – que je suis réellement concernée par ce qui se passe dans notre pays", a ainsi tweeté Ruth Davidson, en charge de la branche écossaise du Parti conservateur.

Andrea Leadsom critiquée au sein du Parti conservateur

Le député Alan Duncan a, lui, qualifié les déclarations d’Andrea Leadsom d’"ignobles", tandis que sa collègue Antoinette Sandbach a estimé que Leadsom avait commis "une erreur de jugement".

Face à ce début de polémique, Andrea Leadsom a rapidement tenté de se défendre, samedi, niant d'abord sur Twitter avoir tenu de tels propos au journaliste du Times et faisant une allocution télévisée devant sa maison. "Je tiens à affirmer sans la moindre ambigüité que tout le monde est autant concerné par notre société et par l’avenir de notre pays", a-t-elle assuré.

Mais le quotidien britannique a maintenu sa version des faits et a publié un enregistrement audio des déclarations d’Andrea Leadsom. Celui-ci a ensuite été repris dans la matinée par toutes les principales chaînes de télévision et stations de radio.

Andrea Leadsom ne pouvait pas ignorer qu'il s'agissait d'un sujet sensible pour sa rivale dans la course à la présidence du Parti conservateur. Dans une interview au Mail on Sunday, dimanche 3 juillet, Theresa May avait ainsi parlé de la tristesse qu’elle et son mari Philip avaient eu lorsqu’ils n’avaient pas pu avoir d’enfant. "Nous avons bien-sûr tous les deux été affectés par cela, a-t-elle reconnu. Vous voyez des amis qui ont maintenant des enfants qui sont grands, mais il faut accepter le destin qui est le vôtre."

Avec AFP et Reuters

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.