Accéder au contenu principal

Attentat de Nice : qu’est-ce que la réserve opérationnelle ?

Des soldats français patrouillent, le 30 décembre 2015 à Paris, devant la cathédrale Notre-Dame.
Des soldats français patrouillent, le 30 décembre 2015 à Paris, devant la cathédrale Notre-Dame. Kenzo Tribouillard, AFP

François Hollande a annoncé, dans la nuit de jeudi à vendredi, quelques heures après l'attentat de Nice, qu'il comptait faire appel à la réserve opérationnelle de l'armée. En quoi consiste ce dispositif ? Explications.

Publicité

Dans son allocution télévisée, dans la nuit du jeudi 14 au vendredi 15 juillet, quelques heures après l’attaque au camion à Nice, le président de la République François Hollande a annoncé sa volonté de maintenir, et même de renforcer la présence militaire sur le territoire français, notamment en faisant "appel à la réserve opérationnelle". De quoi s’agit-il exactement ?

Selon le site Internet du ministère de la Défense, la réserve opérationnelle est composée de volontaires et d’anciens militaires qui signent un engagement à servir dans la réserve (ESR). Leur contrat avec l’armée est d’une durée de un à cinq ans. Leur mission est d’apporter un renfort temporaire de quelques dizaines de jours par an aux forces armées et formations rattachées.

>> À suivre sur France 24 : "En direct : les derniers développements après l'attaque de Nice"

Les volontaires sont des citoyens français issus de la société civile, avec ou sans expérience militaire, âgés d’au moins 17 ans et qui reçoivent une formation et un entraînement spécifiques. Cependant, la mobilisation de ces volontaires n'est pas encore claire. En annonçant son intention de faire appel aux réservistes, François Hollande n’a en effet mentionné que "ceux qui a un moment ont été sous les drapeaux ou dans les effectifs de la gendarmerie".

Un réserviste volontaire formé est en tout cas apte à intervenir, au même titre que les anciens militaires, selon le ministère de la Défense. "Quel que soit leur statut dans le secteur civil (salarié, agent de la fonction publique, artisan, profession libérale…), ces réservistes opérationnels servent, selon leurs compétences et leur spécialité, dans le domaine opérationnel ou dans le domaine du soutien, en unités, dans les états-majors, les établissements ou les administrations centrales sur le territoire national et sur les théâtres d'opérations extérieures, et se voient confier les mêmes missions que les militaires d'active", peut-on lire sur la page Internet du ministère consacrée à la réserve opérationnelle.

Au 31 décembre 2014, la réserve opérationnelle était forte de 54 860 personnes, toutes armées et formations rattachées confondues, gendarmerie nationale incluse.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.