Accéder au contenu principal

Nice : ce témoignage qui raconte une "soirée cool" jusqu'à l'arrivée d'un "camion-tueur"

Feu d'artifice sur la promenade des Anglais à Nice, le 14 juillet 2014.
Feu d'artifice sur la promenade des Anglais à Nice, le 14 juillet 2014. Kurt Bauschardt/FLICKR

Jeudi soir, Damien Allemand, journaliste à Nice-Matin, était sur la Promenade des Anglais, à Nice, où un camion a foncé sur la foule tuant des dizaines de personnes. Il raconte une soirée qui a viré à l'horreur.

Publicité

Damien Allemand est journaliste au service digital du journal Nice Matin. Jeudi 14 juillet au soir, il était sur la "Prom'", à Nice, qui était "noire de monde" pour un "feu d'artifice plutôt chouette". Puis tout a basculé. 

VOIR AUSSI : Facebook a activé le Safety Check à Nice

Dans un billet publié sur la plateforme Medium deux heures environ après le drame, il raconte :

"C’était une soirée cool. L’ambiance était bonne, le feu d’artifice plutôt chouette, les gamins jetaient des galets dans l’eau et le réseau plantait. Bref, c’était une soirée cool.

La Prom’ était noire de monde. Comme pour tous les 14-Juillet. J’avais choisi de passer la soirée sur la plage au niveau du High-Club, juste à l’endroit où la Prom’ devenait piétonne. Dès la fin du show, on s’est tous levés, en même temps. Direction les escaliers, tous esquichés comme des sardines. Je zigzaguais entre les gens pour rejoindre mon scooter, garé à deux pas.

Au loin, un bruit. Des cris. Ma première pensée : un malin a voulu faire son petit feu d’artifice de son côté et ne l’a pas maîtrisé… Mais non. Une fraction de seconde plus tard, un énorme camion blanc filait à une allure folle sur les gens donnant des coups de volant pour faucher un maximum de personnes.

"J’ai vu des corps voler comme des quilles de bowling"

Ce camion de la mort est passé à quelques mètres de moi et je n’ai pas réalisé. J’ai vu des corps voler comme des quilles de bowling sur son passage. Entendu des bruits, des hurlements que je n’oublierai jamais. J’étais tétanisé. Je n’ai pas bougé. J’ai suivi ce corbillard des yeux. Autour de moi, c’était la panique. Les gens couraient, criaient, pleuraient. Alors, j’ai réalisé. Et j’ai couru avec eux. Direction le Cocodile, dans lequel tout le monde venait se réfugier. Je n’y suis resté que quelques minutes, qui m’ont paru une éternité. “Mettez vous à l’abri.” “Ne restez pas là” :  “Où est mon fils ? Où est mon fils ?” Des mots entendus autour de moi.

Je voulais absolument savoir ce qu’il s’était passé. Je suis alors sorti. La Prom’ était déserte. Aucun bruit. Pas de sirène. Aucune voiture. J’ai alors traversé le terre-plein pour retourner à l’endroit du passage du camion. J’ai croisé, Raymond, la cinquantaine, en larmes qui m’a soufflé : “Il y a des morts partout.”

Il avait raison. Juste derrière lui, des corps tous les 5 mètres sans vie, des membres... Du sang. Des gémissements. Les plagistes ont été les tous premiers sur les lieux. Ils ont amené de l’eau pour les blessés et des serviettes qu’ils ont déposées là où il n’y avait plus d’espoir. À ce moment là, j’ai manqué de courage. J’aurais voulu aider, rendre service… bref faire quelque chose. Mais je n’ai pas réussi. Tétanisé encore. Une deuxième vague de panique m’a ramené au Cocodile. “Il revient ! Il revient !” C’était faux. Le camion-tueur a fini sa course des dizaines de mètres plus loin, criblé de balles. Je n’ai entendu aucun coup de feu. Juste des cris. Et maintenant des pleurs. Que des pleurs.

J’ai tracé. Tout droit. Récupéré mon scooter pour partir le plus loin de cet enfer. J’ai remonté la Prom’ et j’ai pris conscience de l’ampleur du drame. Des corps et des blessés jonchaient le trottoir jusqu’au niveau de Lenval. Les premières ambulances commençaient à arriver…

Cette soirée, c’était l’horreur."

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.