Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Cotisations sociales : la machine à redistribuer

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : Cellou Dalein Diallo chef de l'opposition est l'invité du Journal de l'Afrique

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Royaume-Uni - Brexit : Quelles issues pour Theresa May et le Royaume-Uni ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Yarol Poupaud

En savoir plus

#ActuElles

Des employées enceintes harcelées au Japon

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Projet d'accord sur le Brexit : Theresa May, une première ministre bien isolée

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'avenir incertain de la démocratie libérale

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Dans le nord, sur la route de l’Art déco

En savoir plus

TECH 24

Audrey Tang, la hackeuse taïwanaise devenue ministre

En savoir plus

FRANCE

Attentat de Nice : "La revendication de l'EI est à prendre au sérieux"

© Capture d'écran France 24 | Wassim Nasr, samedi 16 juillet, sur l'antenne de France 24.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 16/07/2016

Le groupe État islamique, qui a revendiqué samedi l'attentat de Nice, "est à prendre au sérieux", selon Wassim Nasr, spécialiste France 24 des mouvements jihadistes. Le groupe jihadiste, n'a, à ce jour, jamais revendiqué d'attaque sans lien avéré.

Le groupe État islamique (EI) a revendiqué, samedi 16 juillet, par le biais de son agence de propagande Amaq, l'attentat du 14-Juillet qui a fait 84 morts et 202 blessés, à Nice, sur la Promenade des Anglais.

Une "revendication qui est à prendre sérieux", selon Wassim Nasr, spécialiste des mouvements jihadistes à France 24 . "Jusqu’à aujourd’hui, l’EI n’a jamais fait de récupération, quand il revendique en bonnne et due forme et qu’il choisit de le qualifier de soldat de l’État islamique, c’est qu’il y a eu un lien aussi distendu soit-il".

Et de préciser, "il faut imaginer que les liens ne sont pas forcément directs, ils peuvent se faire via les réseaux sociaux, via une connaissance qu’il a sur place".

Pour voir les images et vidéos sur vos tablettes et mobiles, cliquez ici.

Quant au délai de la revendication exceptionnellement long, - il aura fallu 36 heures -, il est certes "surprenant" mais il s’explique observe Wassim Nasr. Ce délai est certainement dû au temps qu’il leur a fallu "pour valider le personnage" et "choisir de le qualifier de soldat de l’État islamique" ou de seulement "saluer l’acte terroriste".

Selon les premières conclusions des enquêteurs, il semble que l’individu se soit "radicalisé très rapidement" a indiqué pour sa part Bernard Cazeneuve à l'issue d'une série de réunions avec le chef de l'État, François Hollande."L'individu qui a commis ce crime absolument abject (...) n'était pas connu des services de renseignement", a-t-il ajouté. "Il semble qu'il se soit radicalisé très rapidement. En tous les cas ce sont les premiers éléments qui apparaissent à travers les témoignages de son entourage."

Première publication : 16/07/2016

  • FRANCE

    Attentat de Nice : la France commence un deuil national de trois jours, l'enquête se poursuit

    En savoir plus

  • FRANCE

    L'EI a revendiqué l'attentat de Nice via son agence Amaq

    En savoir plus

  • FRANCE

    Attentat de Nice : plusieurs personnes placées en garde à vue

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)