Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INFO ÉCO

Allemagne : Angela Merkel à l'offensive pour sauver l'économie

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Jamal Khashoggi: "Ce dont le monde arabe a le plus besoin, c'est de la liberté d'expression"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Affaire Khashoggi: le début de la fin pour MBS?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crise politique en Algérie : l'étau se resserre autour du président de l'Assemblée

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La colère de Jean-Luc Mélenchon divise la toile

En savoir plus

LE DÉBAT

Brexit, la peur du vide ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Avec "Forte", Salim Saab rend hommage aux femmes artistes du monde arabe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Festival Lumière de Lyon : Jane Fonda à l’honneur

En savoir plus

FOCUS

La frontière irlandaise, pierre d'achoppement du Brexit

En savoir plus

FRANCE

L'EI a revendiqué l'attentat de Nice via son agence Amaq

© Giuseppe Cacace, AFP | L'EI a revendiqué l'attentat meurtrier de Nice, commis deux jours auparavant.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 17/07/2016

Deux jours après l'attentat qui a fait 84 morts le 14-Juillet à Nice, le groupe État islamique a revendiqué l'attaque. Le ministre français de la Défense estime qu'un "esprit fragilisé" peut "intégrer un appel au meurtre".

Les derniers développements concernant l'attentat de Nice, ce samedi 16 juillet :

  • L'organisation État islamique a revendiqué samedi, via son agence de communication Amaq, l'attaque perpétrée le 14-Juillet à Nice et qui a coûté la vie à 84 personnes sur la Promenade des Anglais.
     
  • Le tueur, identifié comme étant Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, a été abattu par la police sur le lieu de la tuerie.
     
  • Outre l'ex-épouse de Lahouaiej-Bouhlel, quatre hommes de son entourage ont été interpellés et placés en garde à vue. Les auditions évoquent un basculement "récent" vers "l'islam radical", selon des sources policières, sans toutefois que l'EI ne soit, à ce stade, mentionnée.
     
  • Le ministre de l'Intérieur a évoqué "un attentat d'un type nouveau", sans armes lourdes ni explosifs, qui "montre l'extrême difficulté de la lutte antiterroriste". Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, aux côtés de Bernard Cazeneuve, a jugé qu'un "esprit fragilisé" comme Mohamed Lahouaiej Bouhlel avait pu "intégrer cet appel au meurtre".
     
  • La France entame trois jours de deuil national.
     
  • Un Conseil restreint de sécurité et de défense présidé par François Hollande s'est tenu à l'Élysée. À l'issue de cette réunion, le chef de l'État a lancé un appel à la "cohésion" et à "l'unité" nationale, alors que le semblant de concorde qui avait suivi les attaques jihadistes de janvier et novembre 2015 a fait long feu.
     
  • Selon le ministère de la Santé, 303 personnes ont été soignées dans les hôpitaux de la région suite à l'attaque de Nice et 121 étaient encore hospitalisées. Samedi matin, seize corps demeuraient "encore non identifiés". Le bilan pourrait encore s'alourdir, car il y a plus de 200 blessés.

    Près de 48 heures après l'attentat commis le soir du 14 juillet à Nice, de nombreuses personnes cherchent encore ce soir des proches dans les hôpitaux, sur les réseaux sociaux ou en parcourant la ville.Le Quai d'Orsay a mis en place un numéro d'urgence, le 01 43 17 56 46. Pour les familles des victimes, le CHU de Nice est joignable au 04 93 72 22 22.

    Avec AFP et Reuters
     

Retrouvez le déroulé de notre liveblog ci-dessous. S'il ne s'affiche pas correctement sur vos tablettes et mobiles, cliquez ici.

L'organisation État islamique revendique l'attentat de Nice

 

Première publication : 16/07/2016

  • ATTENTAT DE NICE

    Attentat de Nice : la concorde disparue de la classe politique

    En savoir plus

  • FRANCE

    Attentat de Nice : la France commence un deuil national de trois jours, l'enquête se poursuit

    En savoir plus

  • FRANCE

    Attentat de Nice : plusieurs personnes placées en garde à vue

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)