Accéder au contenu principal

Ayrault s'interroge sur la fiabilité de la Turquie dans la lutte contre l'EI

Jean-Marc Ayrault
Jean-Marc Ayrault AFP

La France posera la semaine prochaine à Washington lors d'une réunion de la coalition militaire la question de la fiabilité de la Turquie dans la lutte contre le groupe État islamique, a déclaré dimanche le chef de la diplomatie Jean-Marc Ayrault.

PUBLICITÉ

"La semaine prochaine à Washington à la réunion à laquelle je vais participer, il y aura mon homologue turc qui sera présent et son collègue de la Défense", a déclaré, dimanche 17 juillet, le chef de la diplomatie française dans une interview sur France 3. L'occasion pour Jean-Marc Ayrault de rappeler le rôle clef de ce pays.

"La Turquie est un grand pays, qui a une situation stratégique, qui est membre de l'Otan, qui est le premier pays frontalier avec la Syrie, qui accueille deux millions et demi de réfugiés sur son territoire, et donc qui est un allié", a déclaré M. Ayrault.

Le ministre a cependant précisé que cette réunion permettra également au  gouvernement français de s'entretenir avec les autorités turques, qui viennent tout juste de connaître une tentative de coup d'État, de leur engagement contre l'organisation de l'État islamique (EI).

>> À lire sur France 24 : "Les partisans d'Erdogan fêtent leur victoire, 6000 putschistes présumés arrêtés"

"Il y a une part de suspicion"

"Nous poserons clairement des questions sur comment faire pour combattre encore plus Daech (acronyme arabe de l'EI-NDLR) en Syrie", a-t-il ajouté. Prié de dire si la Turquie restait un allié fiable dans la lutte contre l'organisation jihadiste, il a répondu : "Il y a des questions qui se posent et nous les poserons. Il y a une part de fiabilité et une part de suspicion, il faut être sincère."

Mais un peut plus tard, l'entourage de Jean-Marc Ayrault a précisé que ce dernier ne remettait pas en cause la fiabilité de la Turquie dans le combat contre l'EI et qu'Ankara restait un allié clef dans la lutte contre les jihadistes.

La base aérienne d'Incirlik a rouvert

Ankara a longtemps été soupçonnée de complaisance à l'égard de l'EI, basé en Irak et Syrie voisins. La Turquie est membre de la coalition pilotée par les États-Unis contre le groupe EI, mais elle a été critiquée pour lutter davantage contre les Kurdes du PKK, qu'elle considère comme son ennemi numéro 1.

Parmi les quelque 6 000 personnes appréhendées après la tentative de Coup d'État figure le général Bekir Ercan Van, commandant de la base aérienne d'Incirlik, dans le sud de pays, qui joue un rôle essentiel pour les Américains et Européens car c'est de là que  sont lancées une partie des frappes aériennes visant l'EI en Syrie et en Irak.

La base est restée fermée samedi et les vols de la coalition ont été suspendus, un responsable turc indiquant à l'AFP qu'Ankara soupçonnait que l'endroit avait été utilisé pour le ravitaillement des avions de chasse utilisés par les putschistes. Le Pentagone a annoncé, dimanche 17 juillet, que les autorités turques avaient rouvert Incirlik aux avions militaires et que les opérations américaines avaient repris contre l'EI.

Avec Reuters et AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.