Accéder au contenu principal

Turquie : plus de 7 500 arrestations, plus de 5000 policiers limogés

Un membre des forces spéciales turques à Istanbul, dimanche 17 juillet.
Un membre des forces spéciales turques à Istanbul, dimanche 17 juillet. Ozan Kose, AFP

Le pouvoir turc a fait état, lundi, de 7 543 arrestations après la tentative de putsch du 15 juillet. Il a également annoncé le renvoi de plus de 5000 policiers. L’UE a mis en garde Ankara contre la tentation d'une répression généralisée.

PUBLICITÉ

Purge générale en Turquie après le putsch manqué de la nuit du vendredi 15 au samedi 16 juillet. Le Premier ministre turc, Binali Yildirim, a fait état, lundi 18 juillet, d'un total de 7 543 arrestations, dont 6 038 soldats, et annoncé le limogeage de près de 9 000 fonctionnaires.

>> À lire sur France 24 : "Erdogan reprend la situation en main en Turquie après le coup d’État manqué"

Le Premier ministre a d'autre part annoncé la mort de de 308 personnes dans la tentative de coup d'État : 60 policiers, trois soldats et 145 civils. En outre, 1 491 personnes ont été blessées, a-t-il dit.

Par ailleurs, 9 000 fonctionnaires, parmi lesquels près de 4500 policiers et 614 gendarmes, ont été mis à pied dans l'ensemble de la Turquie, dont Istanbul et la capitale Ankara, du fait de leurs liens présumés avec le putsch manqué de vendredi soir, a déclaré lundi à Reuters un haut responsable turc.

Vaste purge dans les rangs de l'armée en Turquie

Près de 3 000 militaires et autant de juges et de procureurs ont d'ores et déjà été placés en détention provisoire dans la foulée du putsch avorté.Cent-trois généraux et amiraux turcs ont été placés en garde à vue, a rapporté lundi l'agence de presse progouvernementale Anadolu.

Selon l'agence, qui dresse une liste détaillée de leurs noms, ces officiers supérieurs proviennent de tous les corps d'armée et des quatre coins du pays. Ils sont soupçonnés d'avoir pris part au putsch raté.

"Nous devons être vigilants"

La chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, et les ministres des Affaires étrangères de l'UE ont mis en garde la Turquie, lundi, contre la tentation d'une répression généralisée.

"Nous disons aujourd'hui que l'État de droit doit être protégé pour le bien" de la Turquie, a affirmé Mme Mogherini à la presse en arrivant à une réunion des ministres des Affaires étrangères de l'UE à Bruxelles. "Il n'y a aucune excuse pour que la Turquie prenne des mesures pour s'en éloigner (de l'État de droit)", a insisté l'Italienne. "Nous allons envoyer un message fort en ce sens à la Turquie", a-t-elle averti.

Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault, a également prévenu : "Nous devons être vigilants pour que les autorités turques ne mettent pas en place un système politique qui se détourne de la démocratie".

>> À lire sur France 24 : "Ayrault s'interroge sur la fiabilité de la Turquie dans la lutte contre l'EI "

"La Turquie a fait beaucoup d'avancées, beaucoup de progrès, beaucoup de réformes ces dernières années, le danger serait celui d'un retour en arrière face à la démocratie", a-t-il ajouté.

Le commissaire européen à l'Élargissement, Johannes Hahn, chargé du dossier de la candidature turque à l'UE, a suggéré que le gouvernement turc avait déjà préparé, avant la tentative de coup d'État, une liste de personnes à arrêter. "Je pense que le fait que les listes soient déjà disponibles juste après l'événement montre qu'elles ont été préparées pour être utilisées à un certain moment", a-t-il observé.

La demande d'adhésion de la Turquie à l'UE s'est heurtée aux inquiétudes grandissantes des États membres quant aux dérives autoritaires du régime du président Recep Tayyip Erdogan en matière de liberté de la presse et de droits de l'Homme.

Avec AFP et Reuters
 

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.