Accéder au contenu principal

On sait pourquoi l'appli "alerte attentat" a été aussi lente à Nice le 14 juillet

L'application alerte attentat a mis plus de 3 heures à alerter ses utilisateurs le soir de l'attentat de Nice.
L'application alerte attentat a mis plus de 3 heures à alerter ses utilisateurs le soir de l'attentat de Nice. SAIP

Le soir de l'attentat de Nice le 14 juillet, l'application SAIP du gouvernement a mis plus de 3 heures à alerter ses utilisateurs. Le journal Le Monde révèle l'origine de ce dysfonctionnement.

Publicité

Au lendemain de l’attentat de Nice du 14 juillet, nous écrivions que l’appli "alerte attentat" SAIP du gouvernement avait mis plus de 3 heures à alerter ses utilisateurs. Alors que le drame avait eu lieu à la fin du feu d’artifice, vers 22 h 30 sur la promenade des Anglais, les notifications n’avaient été envoyées qu’aux alentours de 1 h 40.

VOIR AUSSI : L'auteur de l'attentat de Nice aurait-il pu être repéré grâce à ses recherches sur Google?

Ce jeudi, le site Pixels du journal Le Monde explique "pourquoi l’application alerte attentat n’a pas fonctionné le soir de la tuerie de Nice". Selon Le Monde, "la défaillance de l’application chargée d’alerter la population en cas d’attentat s’explique par une succession de précipitations, de mauvaise communication et de malchance".

Un câble sectionné

Tout commence le 13 juillet, lorsqu’un "câble de fibre optique est sectionné lors de travaux de génie civil, provoquant la panne de l’hébergeur, et fatalement, celle de l’application". L’application SAIP commandée par le gouvernement à la société Deveryware fonctionne en effet sur un serveur unique chez un hébergeur externe : Numergy, "une société appartenant à SFR".

Une erreur d'affichage

Et si la plateforme d’hébergement a été remise en état dès le 14 juillet d’après SFR, cette panne a contraint Deveryware à "relancer ses propres systèmes". Là encore, un dysfonctionnement est arrivé. "Un tel redémarrage en situation de crise n’a encore jamais été expérimenté. Or, à ce moment-là, une erreur d’affichage d’un logiciel tiers de monitoring indique à l’entreprise que l’application est à nouveau opérationnelle, affirme une source proche du dossier", rapporte Pixels.

Il faudra malheureusement attendre que la préfecture des Alpes-Maritimes informe les créateurs de l’application pour que les ingénieurs se rendent compte de la panne et redémarrent une nouvelle fois, et en urgence, le système. Une opération qui prendra plusieurs heures, jusqu’à ce que la notification mobile soit finalement envoyée aux utilisateurs de l’appli SAIP à 1 h 34.

Le ministère de l’Intérieur assure au Monde qu’un "plan d’action a été demandé dans un délai très bref" pour éviter que l’incident se répète.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

NewsletterNe manquez rien de l'actualité internationale

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.