Accéder au contenu principal

Turin veut devenir la première ville végétarienne d’Italie

Alessio Maffeis, Flickr

Chiara Appendino, maire de la ville de Turin, souhaite promouvoir à l’échelle municipale les régimes végétariens et le véganisme, pour "protéger l’environnement, la santé des citoyens ainsi que le bien-être des animaux".

Publicité

Au pays du bon vin et de la charcuterie, la jeune maire de Turin a jeté un pavé dans la marre en annonçant sa volonté de voir se transformer la métropole piémontaise en un hub végétarien. Le premier du pays.

C’est dans un manifeste de 62 pages – pour le moment introuvable en ligne – qui aborde plusieurs thématiques de la politique de la ville, comme l’urbanisation ou la protection des espaces publics, que Chiara Appendino, élue en juin dernier, explique vouloir faire de la généralisation de l’alimentation végétarienne une priorité, rapporte le Corriere della Serra, mardi 19 juillet.

"Bien manger tout en protégeant la terre et les droits des animaux"

Si la maire n’a pas encore dévoilé l’intégralité de son projet, on sait déjà, d’après la presse locale, qu’il s’agira d'un plan prévu sur cinq ans. Une durée que se donne l’élue du parti populiste et anti-système Mouvement 5 étoiles pour élaborer une campagne de sensibilisation à l’environnement. Au programme : des incitations à réduire la consommation de produits issus des animaux, mais également des modules de présentation et d’initiation aux bienfaits du régime végétarien organisés dans les écoles.

"La promotion des régimes vegans et végétariens sont fondamentaux pour protéger notre environnement, la santé de nos citoyens et le bien-être des animaux", peut-on lire sur le manifeste, comme le rapporte le média italien The Local.

"Des médecins et des experts en nutrition nous aideront à promouvoir une culture du respect dans nos écoles en apprenant aux enfant comment bien manger tout en protégeant la terre et les droits des animaux".

Critiques sur les réseaux sociaux

Sauf – on pouvait s’en douter – que l’idée n’est pas du tout au goût de tout le monde. Certains se demandent déjà à quoi ressemblera "un dimanche midi sans des 'agnolotti' et du 'vitello tonnato'" (des pâtes farcies à la viande et des tranches de veau accompagnées d'une sauce au thon – deux plats traditionnels piémontais), quand d’autres interrogent plus sérieusement l’intérêt d’une telle démarche initiée par la ville, regrettant une approche paternaliste. "Depuis quand un maire s’occupe de ce que mangent ses administrés ?", tweete par exemple un internaute.

[scald=17934:article_details]

Turin espère ainsi rejoindre les villes qui font le bonheur des amateurs du végétarisme et du véganisme à travers le monde. Après l'Inde et Palitana, Berlin en Allemagne, ou encore Gand en Belgique, le paradis sur terre des végétariens pourrait donc bien continuer de s’agrandir en Italie.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.