Accéder au contenu principal

Présidentielle américaine : Hillary Clinton vante son ticket présidentiel anti-Trump

Tim Kaine et Hillary Clinton, samedi 23 juillet 2016, à Miami.
Tim Kaine et Hillary Clinton, samedi 23 juillet 2016, à Miami. Justin Sullivan, Getty Images North America, AFP

Pour leur premier meeting commun depuis l'annonce du "ticket" démocrate, Hillary Clinton et Tim Kaine se sont efforcés, samedi, de souligner leurs différences de style avec le candidat républicain Donald Trump et son colistier Mike Pence.

Publicité

Hillary Clinton a présenté aux Américains, samedi 23 juillet, l'homme appelé à devenir son vice-président, en cas de victoire à l'élection présidentielle de novembre, Tim Kaine, dont le CV accompli et les valeurs sont présentées comme un antidote à Donald Trump.

"Je dois dire que le sénateur Tim Kaine est tout ce que Donald Trump et Mike Pence ne sont pas", a déclaré à Miami la candidate démocrate à la Maison Blanche, lors de son premier meeting commun avec son colistier. "Il a les compétences pour occuper cette fonction dès le premier jour, a déclaré Hillary Clinton. C'est un progressiste qui aime accomplir des choses."

Grand inconnu au-delà des frontières de son État, la Virginie, Tim Kaine compense par une longue expérience politique. Il a été maire de Richmond (1998-2001), vice-gouverneur puis gouverneur de Virginie (2006-2010), président du parti démocrate (2009-2011) et il est sénateur depuis 2013.

Mais il n'était pas le premier choix de l'aile gauche du parti démocrate, qui aurait préféré la désignation de la sénatrice anti-Wall Street, Elizabeth Warren, ou du perdant des primaires, Bernie Sanders.

"Hillary Clinton n'insulte pas les gens, elle les écoute"

"Bonjour Miami !" a lancé Tim Kaine en anglais, sur le campus de l'université internationale de Floride, applaudi par des milliers de partisans et beaucoup d'étudiants. Et d'enchaîner en espagnol, qu'il parle couramment : "Bienvenidos a todos !", marquant encore plus le contraste avec Donald Trump.

Le sénateur de 58 ans a commencé son intervention par une pique très personnelle contre Donald Trump, qui critique sans relâche l'Otan et ses pays membres. Son fils, un soldat du corps d'élite des Marines, "sera déployé dans quelques jours en Europe pour remplir les engagements américains envers nos alliés de l'Otan. Pour moi, cela rend les enjeux de cette élection très personnels", a-t-il insisté.

"Hillary Clinton est l'opposée exacte de Donald Trump", a affirmé Tim Kaine. "Hillary Clinton n'insulte pas les gens, elle les écoute. Quel concept original, n'est-ce pas ? Elle ne dit pas de mal de nos alliés".

Hillary Clinton a dévoilé le nom de son colistier vendredi soir, détournant l'attention qui était rivée sur Donald Trump depuis la convention nationale républicaine de Cleveland cette semaine.

À présent, tout le parti démocrate converge vers Philadelphie pour la convention qui doit introniser Hillary Clinton pour l'élection présidentielle américaine de novembre. Placée sous le signe de l'unité, la convention s'ouvrira lundi, avec au programme des discours de la Première dame des États-Unis, Michelle Obama, et de Bernie Sanders, le sénateur du Vermont qui ferrailla avec Hillary Clinton jusqu'à la toute fin des primaires en juin et attendit le 12 juillet pour se rallier officiellement à elle.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.