Accéder au contenu principal

Un réfugié syrien provoque une explosion en Bavière, 12 blessés

Une ambulance près du lieu de l'explosion provoquée par un réfugié syrien, le 24 juillet, à Ansbach, en Allemagne.
Une ambulance près du lieu de l'explosion provoquée par un réfugié syrien, le 24 juillet, à Ansbach, en Allemagne. Daniel Karman, AFP

Un ressortissant syrien de 27 ans, dont la demande d'asile avait été rejetée il y a un an, a déclenché une charge explosive à l'entrée d'un festival de musique à Ansbach, en Allemagne. L'auteur de l'explosion est mort.

Publicité

Douze personnes ont été blessées, dont trois grièvement, dimanche 24 juillet au soir, dans une explosion à Ansbach, près de Nuremberg, en Allemagne. L'auteur de l'explosion, un ressortissant syrien de 27 ans dont la demande d'asile avait été refusée, est mort, a affirmé le ministre de l'Intérieur de Bavière.

L'homme s'est vu refuser l'entrée du festival de musique Ansbach Open qui se tenait dimanche dans la ville, a précisé le ministre régional de l'Intérieur, Joachim Herrmann, qui a expliqué que les autorités cherchaient à vérifier s'il s'agissait d'un attentat islamiste. "On ne peut pas exclure que ce soit le cas", a-t-il dit. Le fait qu'il ait voulu attenter à la vie d'autrui plaide en faveur de cette hypothèse, a-t-il ajouté.

>> À lire sur France 24 : "L’auteur de la fusillade de Munich était "'un déséquilibré sans motif politique'"

La demande d'asile du jeune homme syrien, déposée en Allemagne, a été rejetée il y a un an. "Il était arrivé en Allemagne il y a deux ans et s’était vu refuser sa demande d’asile avec toutefois autorisation de rester sur le territoire en raison de la situation en Syrie", précise Emmanuelle Chaze, correspondante de France 24 en Allemagne. Selon le ministère allemand de l'Intérieur, le réfugié devait être prochainement expulsé vers la Bulgarie.

"C'est la quatrième attaque violente en une semaine en Allemagne"

"Nous ne devons pas porter de soupçon généralisé contre les réfugiés, même s'il y a des procédures qui sont engagées dans des cas isolés" contre eux, a déclaré à la presse le ministre allemand des Affaires étrangères, Thomas de Maizière.

La porte-parole ajointe du gouvernement allemande, Ulrike Demmer, a indiqué pour sa part que le risque criminel représenté par les réfugiés dans le pays n'était proportionnellement "pas plus grand que dans le reste de la population".

Le porteur de bombe avait déjà tenté de se suicider à deux reprises avant l'explosion de dimanche, selon les autorités. Ses intentions, se suicider ou "emporter d'autres dans sa mort", restent encore floues, a indiqué le ministre de l'Intérieur régional devant la presse, précisant que la quantité d'explosifs retrouvée dans son sac à dos aurait cependant pu tuer bien plus de personnes. Le directeur adjoint de la police d'Ansbach, Roman Fertinger, a parlé d'"indices" selon lesquels des pièces de métal ont été ajoutées à l'explosif.

C'est le quatrième incident violent à survenir en Allemagne en une semaine. Vendredi, neuf personnes ont été tuées dans un centre commercial à Munich par un adolescent de 18 ans.

Plus tôt dimanche, une femme a été tuée à Reutlingen dans le Bade-Wurtemberg (sud de l'Allemagne) par un réfugié syrien âgé de 21 ans et armé d'une machette. Lundi dernier, quatre personnes ont été grièvement blessées dans un train par un jeune Pakistanais qui les a attaqués à coups de hache et de couteau avant d'être abattu par la police.

Avec AFP et Reuters
 

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.