Accéder au contenu principal

Des artistes américains taclent les politiques qui volent leurs chansons

Usher et d'autres artistes tournent un clip parodique contre l'utilisation de leurs chansons par les politiques américains.
Usher et d'autres artistes tournent un clip parodique contre l'utilisation de leurs chansons par les politiques américains. Capture d'écran HBO

Alors que les conventions des partis républicain et démocrate s’enchaînent aux États-Unis, les artistes en ont marre que leurs chansons soient utilisées à tort et à travers dans ces meetings politiques.

PUBLICITÉ

Lundi 18 juillet, Donald Trump faisait son entrée sur la scène de la Convention républicaine de Cleveland au son du "We are the champions" de Queen. La mise en scène n’a pas franchement plu au groupe, qui s’est fendu d’un tweet dénonçant une utilisation "non-autorisée", "contre leur volonté".

Depuis des décennies, les politiques piochent allègrement dans le répertoire musical américain et international pour orchestrer leurs discours et les rendre branchés. Si Donald Trump a accumulé les remontrances en 2016 en diffusant des titres des Earth, Wind & Fire ou des Rolling Stones, Ronald Reagan en son temps utilisait déjà le "Born in the USA" de Bruce Springsteen. Et le Comité national démocrate avait lui habillé un spot anti-Mitt Romney des paroles de "True Colors" de Cyndi Lauper.

Même refrain en France lorsque Nicolas Sarkozy s’octroyait les droits de la chanson "Kids" de MGMT pour ses clips de campagne en 2009, et en Nouvelle-Zélande lorsque le Premier ministre John Key utilisait le tube "Lose Yourself" d’Eminem sans son accord en 2014, comme l'énumère le magazine Rolling Stone.

"Don't use our songs"

Mais cette fois-ci, les artistes en ont assez. Et plutôt que de lancer une – sans doute interminable – action en justice contre ces politiques, Usher, Imagine Dragons, Sheryl Crowe, Josh Groban, Cyndi Lauper et d’autres jouent la carte de l’humour : ensemble, ils ont enregistré le clip parodique "Don’t use our songs" ("N’utilisez pas nos chansons"), diffusé dans l’émission "Last Week Tonight" de John Oliver sur HBO.

Devant un fond bien kitsch de drapeau américain ou incrustés derrière des pupitres de politiques, ils chantent : "On a remarqué quelque de bizarre, et ça dure depuis beaucoup trop longtemps, alors on vous le demande maintenant : arrêtez d’utiliser nos chansons (…) Nous n’avons pas écrit ces chansons pour que votre campagne ait l’air cool."

Et d’ajouter avec ironie : "Si je voulais chanter, et ne pas être payé, je serais sur Spotify (…) C’est du vol. Vous avez de la chance qu’on ne vous poursuive pas en justice."

Message reçu cinq sur cinq ?

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.