Accéder au contenu principal

Attentat à Saint-Étienne-du-Rouvray : "Tuer un prêtre, c'est profaner la République", déclare Hollande

Des cérémonies d'hommage au père Jacques Hamel, tué mardi 26 juillet 2016 dans l'église de Saint-Étienne-du-Rouvray, près de Rouen, ont été organisées dans plusieurs endroits en France, dont Notre-Dame de Paris.
Des cérémonies d'hommage au père Jacques Hamel, tué mardi 26 juillet 2016 dans l'église de Saint-Étienne-du-Rouvray, près de Rouen, ont été organisées dans plusieurs endroits en France, dont Notre-Dame de Paris. Mehdi Fedouach, AFP

Une prise d'otages a eu lieu, mardi, dans une église de Saint-Étienne-du-Rouvray, près de Rouen. Les agresseurs, qui retenaient cinq personnes, ont assassiné le prêtre, avant d'être abattus. Le groupe État islamique a revendiqué cet attentat.

PUBLICITÉ

• Un prêtre a été égorgé lors d’une prise d’otages perpétrée par deux hommes armés de couteaux mais aussi de "faux engins explosifs" et d'une arme de poing, dans une église de Saint-Étienne-du-Rouvray, près de Rouen (Seine-Maritime), mardi 26 juillet au matin. Un autre otage, un paroissien de 86 ans, a été grièvement blessé mais est hors de danger. Les deux agresseurs ont été abattus.

• François Hollande, qui s'est rendu sur place, a indiqué que les "deux terroristes se réclamaient de Daech". Le groupe État islamique a également revendiqué l'attaque.

• La section antiterroriste du parquet de Paris s'est saisie de l'enquête. Le président Hollande réunira mercredi matin la conférence des représentants des cultes.

>> À lire sur France 24 : Jacques Hamel, le prêtre tué dans son église, un homme "chaleureux très apprécié de la population"

• François Hollande s'est exprimé mardi soir depuis l'Élysée. "Attaquer une église, tuer un prêtre, c'est profaner la République qui garantit la liberté de conscience", a-t-il déclaré.

• L'un des deux terroristes, le seul identifié formellement mardi en fin de soirée, s'appelait Adel Kermiche. Âgé de 19 ans, "il n'avait aucune condamnation sur son casier" mais était connu des des services anti-terroristes pour avoir tenté de se rendre "sur zone irako-syrienne" à deux reprises en 2015.

>> À lire sur France 24 : Adel Kermiche avait tenté de rallier deux fois la Syrie

• D'abord placé en détention provisoire en mai 2015, il a ensuite été, le 18 mars 2016, "placé sous contrôle judiciaire dans le cadre d'une assignation à résidence avec un bracelet électronique". Il était domicilié chez ses parents à Saint-Étienne-du-Rouvray.

• Le second terroriste est "en cours d'identification".

• Un mineur a été placé en garde à vue en fin de matinée mardi. Il s'agit du "frère cadet d’un individu faisant objet d’un mandat d’arrêt pour être parti en Syrie le 20 mars 2015 avec les papiers d’identité d’Adel Kermiche", a détaillé François Molins, procureur de la République de Paris.

Pour revivre les principaux événement liés à l'attentat sur notre liveblog, depuis votre tablette ou votre mobile, cliquez sur ce lien.

 

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.