Accéder au contenu principal

Air France : grève des hôtesses et stewards, 90 % des vols assurés

Le mouvement de grève des hôtesses et des stewards d'Air France doit se prolonger jusqu'au 2 août.
Le mouvement de grève des hôtesses et des stewards d'Air France doit se prolonger jusqu'au 2 août. Boris Horvat, AFP

À l'appel de deux syndicats, hôtesses et stewards entament une semaine de grève à Air France. La compagnie dit être en mesure d'assurer 9 vols sur 10.

PUBLICITÉ

Alors que les hôtesses et les stewards débutent leur premier jour de grève, mercredi 27 juillet, Air France a affirmé pouvoir assurer 92 % de ses vols long-courriers, 90 % de ses vols domestiques et plus de 80 % de ses vols moyen-courriers.

Deux syndicats représentatifs d'hôtesses et de stewards d'Air France, l'Unsa-PNC et le SNPNC, ont décidé vendredi, au lendemain d'une ultime réunion avec la direction, de maintenir leur préavis de grève du 27 juillet au 2 août. Air France fait état de 37 % de grévistes mais les syndicats évaluent la participation pour mercredi entre 55 % et 70 %.

Cette grève arrive en plein chassé-croisé estival, période de forte affluence pour la compagnie aérienne, qui pâtit en outre des conséquences de l'attentat de Nice et a déjà connu une grève de quatre jours de ses pilotes en juin.

"Démesuré"

L'Unsa-PNC et le SNPNC, qui représentent à eux deux 45 % des hôtesses et stewards de la compagnie, protestent notamment contre la durée limitée à 17 mois du prochain accord d'entreprise qui fixe leurs règles de rémunération, de travail et de carrière. "C'est extrêmement démesuré, a précisé le PDG d'Air France Frédéric Gagey à des journalistes. Une grève en cette période alors qu'il ne se passe rien dans les jours qui viennent me paraît quelque chose d'extrêmement choquant".

Les deux syndicats grévistes ont regretté que la direction n'ait pas cédé sur la durée du nouvel accord et ont rejeté les mesures proposées pour améliorer leurs conditions de travail. L'accord actuel, en vigueur depuis trois ans, est en fait reconduit "avec des améliorations" jusqu'en mars 2018, a souligné de son côté le directeur des ressources humaines d'Air France, Gilles Gateau.

"On ne nous a même pas présenté un accord mais une lettre d'intention avec des demi-mesures et aucune avancée sur la durée. C'est indigne", selon Sophie Gorins, secrétaire générale du SNPNC. Aucune autre réunion n'est prévue pour l'instant, a indiqué de son côté Frédéric Gagey.

Le troisième syndicat représentatif, l'Unac (environ 22 % des hôtesses et stewards), avait décidé début juillet de repousser son préavis de grève du 14 au 17 octobre pour laisser au nouveau patron d'Air France-KLM, Jean-Marc Janaillac, le temps de peaufiner le nouvel accord.

Avec Reuters

 

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.