Accéder au contenu principal

À Philadelphie, Hillary Clinton officiellement désignée candidate démocrate à la Maison Blanche

Hillary Clintion apparaissant sur une vidéo diffusée durant la convention démocrate.
Hillary Clintion apparaissant sur une vidéo diffusée durant la convention démocrate. Alex Wong, Getty Images North America/AFP

C'est officiel : Hillary Clinton est devenue, mardi, à la convention de Philadelphie, la première femme à décrocher l'investiture du Parti démocrate pour l'élection présidentielle américaine. Son ex-rival Bernie Sanders a reconnu sa défaite.

Publicité

C’est une première dans l’Histoire américaine. Une femme, Hillary Clinton, a été officiellement désignée mardi 26 juillet à Philadelphie candidate des démocrates à la Maison Blanche.

Dans un climat d'unité retrouvée après une première journée de convention chaotique, l'ancienne Première dame et ancienne chef de la diplomatie américaine a décroché l'investiture de son parti après une première tentative infructueuse il y a huit ans face à Barack Obama.

>> À lire sur France 24 : La présidente du Parti démocrate démissionne alors que s’ouvre la convention

La nominée a salué une étape historique pour les femmes. "Quelle journée et quelle soirée extraordinaires !", a-t-elle lancé dans une vidéo retransmise en direct dans la salle accueillant la convention démocrate à Philadelphie. "Je n'arrive pas à croire que nous venons d'asséner un coup sans précédent au plafond de verre", a-t-elle ajouté.

"Merci à vous et à tous ceux qui se sont tant battus pour que cela soit possible", a-t-elle encore lancé. "Si des petites filles ont veillé ce soir pour regarder, je voudrais leur dire que je deviendrais peut-être la première femme présidente, mais que l'une d'entre vous sera la prochaine", a-t-elle conclu, entourée d'enfants.

Hillary Clinton, 68 ans, acceptera formellement sa nomination jeudi soir en clôture de la convention démocrate, avant de repartir en campagne dès le lendemain avec son colistier Tim Kaine pour espérer l'emporter le 8 novembre face au républicain Donald Trump.

>> À lire sur France 24 : Présidentielle américaine : Hillary Clinton vante son ticket présidentiel anti-Trump

Rassembler la famille démocrate

Son adversaire, Bernie Sanders, a demandé à la convention de suspendre ses règles afin qu'Hillary Clinton soit désignée par acclamation. "Je recommande qu'Hillary Clinton soit sélectionnée en tant que candidate du Parti démocrate pour devenir présidente des États-Unis", a lancé le sénateur du Vermont, provoquant les vivats de la foule.

Peu de temps auparavant, les délégués du Dakota du Sud avaient apporté 15 voix à l'ancienne secrétaire d'État, lui permettant de dépasser le seuil des 2'383 suffrages nécessaires.

"Ce que nous devons faire, au risque sinon de le regretter pour toujours, est battre Donald Trump et élire Hillary Clinton", avait affirmé mardi matin Bernie Sanders, pour tenter de rassembler la famille démocrate après une campagne parfois amère.

La veille, le sénateur du Vermont avait clairement opté pour le rassemblement dans un discours prononcé dans une salle chauffée à bloc par le discours de l'actuelle Première dame, Michelle Obama, qui a enthousiasmé les quelque 5 000 délégués rassemblés à Philadelphie.

"Une présidente exceptionnelle"

"Hillary Clinton sera une présidente exceptionnelle et je suis fier d'être à ses côtés ce soir", a-t-il déclaré, énumérant leurs objectifs communs, du salaire minimum au droit à l'avortement en passant par la lutte contre le changement climatique.

Qu'ils soient prêts à voter "Hillary" ou non, cette soirée fut, pour nombre de ceux qui ont pris partie pour la "révolution politique" promise avec fougue par l'infatigable septuagénaire, un crève-coeur.

>> À lire sur France 24 : Les partisans de Bernie Sanders entre révolution et résignation

"Je ne pouvais m'arrêter de pleurer. J'ai eu le sentiment qu'une aventure historique venait de s'achever et que je ne la revivrais peut-être jamais", expliquait à l'AFP Donna Smith, directrice exécutive du mouvement Progressive Democrats of America.

Bill Clinton à la tribune

Bill Clinton, époux de Hillary Clinton et président de 1993 à 2001, s'est lui aussi longuement exprimé, évoquant leur rencontre, leurs engagements et leur vie de couple, alternant le rappel de souvenirs personnels et les traits d'humour. "Si vous aviez pu vous assoir là où je m'assieds et si vous aviez pu entendre ce que j'ai entendu à chaque dîner, chaque déjeuner, à chaque promenade, vous diriez que cette femme ne peut jamais se satisfaire du statu quo, quel que soit le sujet", a déclaré l'ancien président.

"Elle veut toujours porter le ballon vers l'avant, voilà qui elle est", a-t-il ajouté avant d'être chaudement applaudi par la foule et d'être remplacé à la tribune par l'actrice Meryl Streep, qui n'a pas caché sa satisfaction de voir une femme enfin désignée.

Derniers sondages peu favorables à Clinton

Depuis la fin de la convention républicaine jeudi à Cleveland, la stratégie des démocrates consiste à mettre en avant une Amérique porteuse d'espoirs et qui avance, pour mieux marquer le contraste avec la vision sombre mise en avant par le clan Trump.

La tâche d'Hillary Clinton s'annonce difficile, plusieurs sondages d'opinion la plaçant désormais derrière l'homme d'affaires new-yorkais. L'un d'entre eux, réalisé par Ipsos, accorde deux points d'avance à Donald Trump alors que la précédente enquête du même institut donnait l'ancienne secrétaire d'État gagnante.

Barack Obama, qui a déjà participé à une réunion de campagne commune avec la candidate début juillet, doit s'exprimer mercredi soir à Philadelphie.

Avec AFP et Reuters

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.