Accéder au contenu principal
FRANCE

SFR veut supprimer un tiers de ses effectifs

SFR veut ramener les effectifs à environ 10 000 salariés.
SFR veut ramener les effectifs à environ 10 000 salariés. AFP
2 min

La direction de SFR, le deuxième opérateur téléphonique en France, a annoncé aux syndicats sa volonté de supprimer environ 5 000 postes afin de ramener les effectifs à 10 000 salariés.

Publicité

SFR va subir une violente cure d'amaigrissement. La direction de l'opérateur téléphonique a annoncé aux syndicats, mercredi 27 juillet, sa volonté de couper un tiers des effectifs, faisant passer le nombre de salariés de 15 000 à 10 000 à partir de 2017.

Cette restructuration était attendue, mais les salariés n'en connaissaient pas encore l'ampleur. Patrick Drahi, le patron du groupe Altice qui racheté SFR en 2014, avait déjà affirmé que l'opérateur était en "sureffectif". En juin dernier, le PDG de SFR Michel Combes avait aussi fait des déclarations dans le même sens. "Il est assez évident que des adaptations seront nécessaires pour que SFR puisse rester compétitif sur le marché très difficile qui est le nôtre", avait-il assuré lors d'une audition à l'Assemblée nationale.

Jusqu'en 2017

Lors du rachat du deuxième opérateur français, Patrick Drahi s'était engagé à maintenir l'emploi jusqu'en 2017. Il n'a pas l'attention d'attendre plus longtemps. Le groupe souhaite simplifier l'organisation de SFR, issu du rapprochement de plusieurs entreprises, en unifiant notamment les systèmes d'information et les fonctions support.

Concurrents de SFR, Bouygues Telecom a déjà mis en œuvre deux plans de départs volontaires représentant environ 2 000 suppressions de postes tandis que l'opérateur historique Orange a décidé de ne pas remplacer une partie des départs en retraite.

"SFR sait couper les coûts, ils l'ont déjà montré. Mais vous pouvez couper les coûts autant que vous voulez, une fois que vous les aurez tous coupés, comment pourront-ils reconstituer la top line [le nombre d'abonnés, NDLR]?", a souligné souligne Agathe Martin, analyste à Exane BNP Paribas, interrogée par Reuters.

SFR, qui a perdu un nombre important d'abonnés l'an dernier en raison notamment de critiques sur la qualité de son réseau, doit publier ses résultats semestriels début août.

Avec Reuters

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.