Accéder au contenu principal

Sauter sans parachute : le pari fou de l'Américain Luke Aikins

Luke Aikins, parachutiste aguerri, a été cascadeur sur les tournages d'"Iron Man 3" et "Godzilla".
Luke Aikins, parachutiste aguerri, a été cascadeur sur les tournages d'"Iron Man 3" et "Godzilla". Capture d'écran YouTube de la vidéo Stride Gum, le sponsor de Luke Aikins.

Dans la nuit de samedi à dimanche, Luke Aikins, un célèbre parachutiste américain, va réaliser le défi complètement fou – voire inconscient – de réaliser une chute libre de 7,5 km sans parachute. Une première mondiale retransmise en direct sur Fox.

Publicité

Il a 42 ans et a passé sa vie dans le ciel. Luke Aikins, un célèbre parachutiste américain, s'apprête samedi 30 juillet à réaliser l'impossible : sauter d'un avion à plus de 7 000 mètres d'altitude, sans parachute, et sans wingsuit (combinaison en forme d'aile pour se diriger ou ralentir son vol). Une chute encore plus folle, donc, que celle de Felix Baumgartner, le détenteur du record du monde en chute libre, qui avait sauté depuis la stratosphère en 2012 (à 40 km de la Terre), mais avec un parachute !

Luke Aikins, lui, tombera littéralement du ciel. Pour arrêter sa chute, et éviter une mort certaine, un filet de 30 mètres sur 30 a été déployé au sol, à seulement 80 mètres de la terre ferme. S'il manque le filet, il n'a aucune chance de survie. "Oui, je suis nerveux. Si je ne l'étais pas, je serais stupide", a-t-il déclaré à l'agence de presse américaine AP. "Ce n'est pas une blague, je prends ce saut très au sérieux".

Si les vidéos ne s'affichent pas, cliquez ici.

Sa chute, une première mondiale baptisée "Heaven sent" ("Tombé du ciel"), doit se dérouler à Los Angeles, en Californie. Elle sera retransmise en direct par la chaîne américaine Fox, avec un léger différé en cas de drame (entre 2 h et 3 h du matin, heure française). Elle durera environ deux minutes pendant lesquelles Luke Aikins devra lutter contre les vents changeants, la plus grande difficulté. Il sera équipé d'oxygène, d'une caméra sur la tête, d'une oreillette et d'un GPS pour le diriger vers le filet géant. Il ne portera rien qui puisse ralentir sa chute. En fin de course, sa vitesse devrait atteindre 200 km/heure.

Le sportif s'est entraîné pendant six mois, sous l'œil de son sponsor, Stride Gum. "Ça va être complètement dingue", a-t-il déclaré à plusieurs médias américains. "Tout le monde me dit que ce sera LE saut de ma vie, ce qui est ironique vu que je pratique le parachutisme depuis mes 16 ans. Mais c'est vrai, j'espère que 'Heaven sent' va changer mon existence".

Reste que les inquiétudes sont grandes. Red Bull, la célèbre marque de boissons énergisantes, a refusé de participer au projet. Le groupe avait pourtant financé le saut stratosphérique de Felix Baumgartner, lui-même entraîné par Luke Aikins. Mauvais signe. La Fédération française de parachutisme refuse de s'exprimer sur le sujet. Pis, les essais réalisés à l'aide de mannequins aux États-Unis n'ont pas toujours été concluants. L'un d'eux, de 91 kilos, a traversé le filet avant d'éclater au sol.

"Inconscient et inutile"

"Ce n'était pas très beau à voir", se rappelle Jimmy Smith, businessman américain qui participe au projet. "On a tous regardé Luke, mais il a dit : 'Pas de problème, c'est pour ça que nous faisons des tests'". Chris Talley, un de ses entraîneurs, s'est aussi montré rassurant. Si quelqu'un est assez bon, assez intelligent et assez prudent pour survivre à ce saut, c'est Aikins, selon lui.

Ce n'est pas l'avis de Nicolas Coadic, le directeur technique adjoint de l'école française de parachutisme Le Blanc, dans la région Nouvelle-Aquitaine. "Ce saut est inconscient et complètement inutile", explique-t-il à France 24. "On saute pour le plaisir, on ne saute pas pour se demander si on va mourir". Et le professionnel français de s'inquiéter sur les chances de survie de Luke Aikins. "Vu la taille du filet et vu la hauteur du saut, j'espère qu'il va bien viser...Mais honnêtement, je ne miserais pas une pièce sur lui."

Luke est un professionnel aguerri. Le parachutisme ou le base jump (discipline de sauts depuis un point fixe : falaise, immeuble...) n'a plus de secret pour lui. Il a réalisé son premier saut en tandem à l'âge de 12 ans et son premier saut en solo à l'âge de 16 ans. En 18 000 chutes libres déjà réalisées, il n'a utilisé son parachute de secours "que" 30 fois. Il a également mis son talent au service de méga-productions au cinéma. Il fut cascadeur sur le tournage de "Iron Man 3" et "Godzilla".

Il est le premier à se montrer optimiste. "Pour moi, je suis la preuve que nous pouvons faire des choses que nous pensons irréalisables, si nous le faisons bien", a-t-il déclaré à AP. "J'ai sauté 18 000 fois avec un parachute, alors pourquoi ne pas l'enlever cette fois-ci ? Je suis en train de vous dire que je peux le faire". On croise les doigts.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.