Accéder au contenu principal

Un proche d'Adel Kermiche arrêté à Genève avant l'attentat de Saint-Étienne-du-Rouvray

Un policier en patrouille à l'aéroport de Genève, en décembre 2015.
Un policier en patrouille à l'aéroport de Genève, en décembre 2015. Richard Juilliart, AFP

Quelques jours avant l'attaque de l'église près de Rouen, un jeune homme de 17 ans, proche d'Adel Kermiche, a été arrêté en Suisse. Selon une source porche de l'enquête, il tentait, pour la deuxième fois, de rejoindre la Syrie.

PUBLICITÉ

Les autorités suisses ont arrêté à Genève la semaine dernière, avant l'attentat de Saint-Étienne-du-Rouvray, un jeune homme de 17 ans qui tentait de passer en Syrie et qui avait déjà, en mai 2015, fait une première tentative en compagnie d'Adel Kermiche, l'un des deux hommes qui ont attaqué mardi une église de la banlieue rouennaise.

Selon une source proche de l'enquête, qui confirme une information de La Tribune de Genève, l'individu en question avait tenté le 11 mai 2015 de partir en Syrie avec Adel Kermiche. Ils avaient réussi à gagner la Turquie via la Suisse, mais un mandat d'arrêt avait été délivré à leur encontre par la justice française et ils s'étaient fait refouler du pays.

En route pour la Syrie

Abdel Kermiche, qui avait déjà voulu gagner la Syrie via l'Allemagne deux mois plus tôt, avait été placé en détention provisoire. Son compagnon de route, alors âgé de 15 ans seulement, avait lui été placé sous contrôle judiciaire.

>> À lire sur France 24 : "Attentat de Saint-Étienne-du-Rouvray : un homme mis en examen, deux gardes à vue levées"

Cet ami de Kermiche, résidant près de Rouen, a retenté le voyage le 12 juillet dernier avec un autre camarade, de nouveau en passant par la Suisse. Il a été interpellé à Genève le 20 juillet et, visé par un nouveau mandat d'arrêt français, il a été remis aux autorités françaises. Il a été mis en examen le 24 juillet, soit deux jours avant l'attaque, pour "association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste" et placé en détention provisoire.

À ce stade, "rien ne montre qu'il ait une quelconque implication" dans l'attentat de Saint-Étienne-du-Rouvray, dans lequel un prêtre a été égorgé dans son église, a averti la source proche de l'enquête.

Avec AFP et Reuters

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.