Accéder au contenu principal

L'Australie a dérivé de 1,50 m en 20 ans, au point de devoir modifier ses coordonnées GPS

Carte de l'Australie, 1818.
Carte de l'Australie, 1818. Count.Zilch, WikiCommons

L’Australie est sur le point de mettre à jour les données de son système de géolocalisation par satellite pour palier la dérive de son continent. Depuis 1994, elle se serait déplacée de plus de 1,50 m à cause du mouvement des plaques tectoniques.

Publicité

33° 51′ 25″ Sud 151° 12′ 55″ Est. Pendant plus de 20 ans, ces coordonnées satellites ont été celles de l’opéra de Sydney. Pourtant, d’ici quelques semaines, le célèbre bâtiment à arches blanches fera ses cartons pour déménager… 1,50 m plus loin.

VOIR AUSSI : Un capteur GPS révèle la vie secrète de chats australiens

1,50 m, c’est la distance qu’aurait parcouru le continent australien depuis 1994, année de la dernière mise à jour de son système de géolocalisation par satellite. En cause, le mouvement de la plaque indo-australienne, qui se déplacerait de 7 centimètres vers le Nord-Est tous les ans.  

Un système GPS à la dérive 

Le continent dérive, mais le système de traçage GPS du pays reste, lui, inchangé. Alors pour pallier les erreurs de géolocalisation qui s’accroissent un peu plus chaque année, le gouvernement australien a lancé le projet "GDA2020".

D’ici le 1er janvier 2017, les données satellites de navigation du pays seront entièrement renouvelées pour compenser le mouvement des plaques tectoniques.

Il faudra cependant encore attendre 2020 pour que la géolocalisation soit vraiment parfaite en Australie : pour anticiper le mouvement des plaques, la mise à jour qui aura lieu en 2017 sera "en avance" de 20 centimètres sur son temps, histoire de donner un peu de répit aux scientifiques.

1,50 m, ce n’est pas si grave nous direz-vous. À tout casser, ça fait quoi, la taille d’un enfant de 10 ans ? C’est vrai que ce n’est pas si grand, et pourtant les conséquences du vagabondage du colosse australien vers ses voisins n’a rien d’anodin.

Les différences entre réalité et cartes GPS pourraient poser de sérieux problèmes pour tous les services basés sur le système de géolocalisation satellite, des livraisons par drones aux voitures semi-autonomes. Car oui, 1,50 m quand il s’agit pour votre Tesla de rouler sur la bonne file, ce n’est pas rien.

Et l'opéra de Sydney et ses semblables sont loin d'être au bout de leurs peines : l’opération devra être répétée tous les 20 ans, l'Australie se trouvant sur la plaque tectonique la plus rapide de la planète. 

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

NewsletterNe manquez rien de l'actualité internationale

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.