Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Congo-Brazaville : Un opposant menacé de mort en France.

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Arthur Mitchell : la mort d'une étoile

En savoir plus

LE DÉBAT

Migrants : L'Europe sans solution ?

En savoir plus

POLITIQUE

Audition d'Alexandra Benalla : Une situation embarassante pour E. Macron ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Alexandra Lamy : "Je suis très fière d'être une actrice populaire"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Cour Suprême : tempête autour de Brett Kavanaugh

En savoir plus

Pas 2 Quartier

Bourgogne : cinéaste d'une cité désertée

En savoir plus

FOCUS

Autriche : restriction de l'immigration et obstacles à l'intégration

En savoir plus

L’invité du jour

Claude Pinault : "Tétraplégique, un médecin m’a donné une graine d’espoir"

En savoir plus

Découvertes

Bon, finalement, "Pokémon Go" n'a pas été détruit le 1er août

© Mikhail Tereshchenko / Contributeur | Un groupe de pirates informatiques qui se fait appeler PoodleCorp avait promis de "détruire" le jeu vidéo Pokémon Go le 1er août.

Texte par Émilie LAYSTARY

Dernière modification : 02/08/2016

Ils avaient menacé de "détruire Pokémon Go" le 1er août. Le groupe de pirates informatiques "PoodleCorp" n'est finalement pas parvenu à mener à bien son attaque.

Au lendemain du 1er août, le jeu à succès "Pokémon Go" existe toujours. Pour les dresseurs de Pokémons, toujours plus nombreux depuis que la version française est sortie le 24 juillet, c'est tant mieux. 

VOIR AUSSI : Des hackers menacent de détruire "Pokémon Go" le 1er août

C'en est-il fallu de peu ? En effet, un groupe de pirates informatiques nommé "PoodleCorp" avait menacé de détruire "Pokémon Go" le mois dernier, après avoir revendiqué une première attaque, samedi 16 juillet, en déni de service (DDoS).

Cette information n'avait pu être vérifiée. Mais entre temps, le leader du groupe de hackers n'avait pas hésité à réitérer ses menaces : 

Il faut dire qu'au vu de l'incroyable engoument suscité par "Pokémon Go", la question des serveurs est cruciale. Ces derniers sont-ils assez puissants pour suivre le rythme ? Problèmes de saturation et pannes de connexion n'ont pas fini d'agacer les joueurs. Un site, "Is Pokémon Go Down or Not", a même été créé afin de consulter si le jeu fonctionne bien dans la région du monde qui nous concerne.

Sûr qu'avec ses millions de dresseurs français, la folie "Pokémon Go" est devenue un véritable phénomène de société. Et réussir à faire tomber un phénomène de société est, pour tout hacker, un fait d'armes de nature à créer une fulgurante notoriété. C'est raté pour cette fois.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Première publication : 02/08/2016